25 novembre 2020

Basket : BCL: la JDA a rendez-vous avec l’Histoire

05-08-2020, 18h00, palais des sports jean-michel geoffroy à dijon, reprise de la jda dijon basket, axel julien regoutte au plaisir du ballon

C’est la bizarrerie de cette saison. Après 5 petits matchs de préparation, un tournoi manqué pour cause de Covid et d’un arrêt brutal de la saison dernière, la JDA retrouve déjà les frissons d’un match officiel pour le compte de la BCL…de l’an-passé. Mais passés ces faits extra-parquet, il faudra avant tout retenir l’importance de la rencontre de ce mercredi face au Nijni Novgorod. Un match d’appui qui peut tout simplement envoyer la JDA au final 8 de la BCL. Ce serait alors un exploit historique et un nouveau signal envoyé par les hommes de Laurent Legname

Si Laurent Legname sera privé de Charles Galliou, il pourra s’appuyer sur Hans Vanwijn, rompu à la BCL © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Une JDA diminuée, un Nijni Novgorod renouvelé

Ce mercredi, la JDA arrivera diminuée, diminuée par l’absence de Galliou déjà, diminuée par une préparation tronquée ensuite. Alors que l’on sentait une équipe encore clairement en rodage sur les dernières sorties (logique à ce stade de la saison), en particulier sur le plan offensif, il faudra qu’elle se mette au niveau BCL pour passer. A défaut de système bien posé, la JDA devra s’appuyer sur le talent individuel, une envie à toute épreuve, une grosse défense et son ossature conservée avec notamment Holston et Julien à la baguette. Elle pourra aussi s’appuyer sur Hans Vanwijn la recrue belge du club, habitué de la compétition et qui a déjà participé au final 4 de la BCL. Devant son public, la Jeanne va retrouver un club qu’elle avait déjà fait tomber à l’aller avant de s’incliner au retour. Une équipe renouvelée et qui ne pourra pas s’appuyer sur plusieurs cadres dont Brown, auteur de 30 points sur l’ensemble des 2 matchs. L’un des gros renforts des russes, Petrasek, manquera quant à lui le rendez-vous pour cause de blessure. Si le Nijni par Sheperd notamment aura toutefois fière allure, il restera prenable.

Peu importe les circonstances, le Capitaine Axel Julien et les siens voudront être prêts au combat © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Le mental, l’envie

Sur la base de ces éléments et avec le peu de recul dont nous disposons, les conclusions sportives sont au mieux très rapides et avec une pertinence relativement faible. Si le talent individuel sera l’une des clés, l’envie, l’intensité seront assurément les facteurs déterminants. C’est un match couperet. L’équipe qui en voudra le plus se donnera les moyens de l’emporter. Car avec 8 joueurs pros ce mercredi, c’est bien avec ces qualités que les Dijonnais peuvent espérer quelque chose. Il faudra aussi se préparer mentalement: passer, en 72h, d’un match de préparation à ce qui ressemble déjà à l’une des rencontres les plus importantes de la saison si ce n’est de l’histoire du club. Dans un Palais new look que l’on espère rempli de 2000 supporters, à Axel Julien et les siens de transcender et de marquer son territoire. Une envie qu’il faudra imprimer dès le début de rencontre, pour engranger de la confiance et faire douter son adversaire. C’est à ce prix que la JDA peut espérer, c’est à ce prix qu’elle atteindra le final 8. C’est à ce prix qu’elle pourra se retrouver Athènes et dans la cour des grands.

Entre-deux ce mercredi 20h30 au Palais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.