30 octobre 2020

Ils l’ont (re)fait!

16-09-2020, 20h30, palais des sports jean-michel geoffroy de dijon, basket ball, basketball champions league 1/8ème de finale match 3, jda dijon basket - nijni novgorod, david holston encore très précieux ce soir pour la jda

Au terme d’un match d’une rare intensité qui plus est pour une reprise, la JDA a crée la première sensation de la saison en venant à bout d’une équipe taillée pour l’Euroleague et déjà promise au titre. Mais ce vendredi soir, les hommes de Legname, en équipe avec l’intensité qu’on lui connait ont refait le coup de la finale de la dernière Leaders Cup en s’imposant 81-74. Une soirée déjà formidable qui lance parfaitement la saison de la JDA.

Exemplaire de régularité et dans l’état d’esprit, le Capitaine termine MVP de la rencontre

Le capitaine Axel Julien maintient les siens pendant une mi-temps...

Un peu plus d’une semaine après sa qualification en BCL, la JDA abordait un nouveau très gros match face à l’ultra favoris du championnat, l’ASVEL et ses 15 pros. Même si nous avions insisté en avant-match sur le fait que tout était possible et malgré l’absence de Yabusele (Covid), c’est bien un très grand ASVEL qui se présentait au Palais. D’ailleurs, les première minutes des rhodaniens, sans être géniales, vont rapidement donner le ton: 12-0 après 5 minutes de jeu. La JDA est relativement cohérente en défense, bien qu’elle concède toutefois (déjà) de nombreux rebonds offensifs et ce malgré le choix de Legname de mettre Loum dans le 5 pour apporter de la taille. Mais c’est bien en attaque que le bas-blesse pour la Jeanne qui multiplie les mauvais choix en à l’instar notamment d’un Chassang qui parait alors perdu. Mais à l’image d’un Palais qui pousse les siens malgré ce départ raté, le camp dijonnais n’abdique pas: le temps mort pris par Laurent Legname et son coaching avec entre autres, l’entrée d’Alingué, Vanwijn et Holston vont sonner la révolte. La JDA passe tout simplement un 11-0 ponctué par un magnifique 3 points de Jonhson! Le Palais qui voit enfin son équipe dans le match peut exulter! L’ASVEL va bien refaire un petit écart (11-18), mais après un lancer d’Holston, Julien dans un quasi “coast to coast” dont il a le secret va mettre au supplice ses vis-à-vis et obtenir un “and-one”…quand on vous dit que la JDA n’abdique pas. 17-18 après 10 minutes. La Jeanne est dans le coup et c’est déjà le premier exploit de la soirée. Mais le deuxième acte part malheureusement sur les mêmes bases que le premier. De nouveau en manque d’inspiration offensive, la JDA va passer près de 4 minutes sans marquer et voir l’ASVEL reprendre 8 points d’avance (17-25). Si Holston inscrit un point suite à une faute technique d’Howard, c’est surtout Julien dans son attitude et avec 5 points supplémentaires (dont un magnifique 3 points) qui permettra à la Jeanne de garder la tête hors de l’eau à la mi-temps (23-30).

Salut l’ASVEL! On s’était déjà croisé je crois…si si à la Leaders Cup

Avant qu’il ne soit supplée par un excellent Chassang et surtout un Holston des grands soirs qui va prendre feu et faire basculer la rencontre

Les 7 points de retard sont presque rassurant. Alors qu’Axel Julien avec 10 unités avait inscrit plus de 43% des points de la JDA, deux joueurs majeurs, Chassang et Holston, rentraient aux vestiaires avec une évaluation respective de -4 et -2. Inquiétant et porteur d’espoir se dit-on alors quant on connait la qualité des deux joueurs. Avant d’attaquer la deuxième mi-temps, Legname va d’ailleurs longuement parler à Chassang. Des mots qui vont visiblement faire leur effet. L’intérieur dijonnais va se libérer et planter dans un rôle peu habituel pour lui enchainant pas moins de 3 tirs à 3 points de suite! Sur le premier converti, Chassang laisse exploser une rage aussi belle que revancharde. Si Noua en face maintient la pression, Chassang, de près cette fois et tout en puissance va continuer son festival (13 points en 5 minutes) et permettre à la Jeanne de revenir à 2 petites longeurs! (39-41). L’AVEL remet un coup d’accélarateur (48-53 à 2 minutes de la fin) mais Julien et Simon qui se révèle enfin vont encore faire les efforts pour recoller à 2 longueurs. Un lancer franc de Bako redonne 3 points d’avance à l’ASVEL (51-54). Moment choisi par Holston pour se rassurer et marquer d’un flotteur génial dans les ultimes secondes (53-54).

Chassang/Holston/Julien les atouts offensifs de la JDA avec 67% des points marqués à eux 3

Un tout petit point de retard. Un match indécis, crispant et un gros point d’interrogation pour savoir de quel côté va tomber la pièce. Mais Holston ne croit pas à la fatalité et va prendre en main la destinée de ce match. Il est d’abord devancé par Julien à 3 points qui, dès le début du 4ème acte permet à la JDA de passer devant pour la première fois du match! Le Palais est debout! Il n’aura d’ailleurs pas le temps de se calmer, Simon mettant la deuxième couche pour porter l’avance à +5! 59-54! TJ Parker est forcé de prendre un temps mort. A sa sortie, Cole répond à 3 points avant qu’Holston ne s’amuse avec lui pour marquer de près et qu’il ne se fasse bâcher par Alingué! Le match n’est plus le même! L’ASVEL court après le score et la JDA qui y croit comme jamais met une intensité de dingue et comme rarement vue jusque là dans la rencontre. Si Alingué est partout en défense, c’est Holston qui va ensuite assurer le show et écœurer les rhodaniens: dans toutes les positions, faisant l’amour à tous les endroits de la ligne des 3 points, il va tout simplement planter 4 tirs longues distances d’affilé! Le Palais debout est aussi hystérique qu’admiratif de son génial lutin qui se rappelle alors aux bons souvenirs de l’ASVEL.

Chase Simon a rendu une copie très prometteuse

A 3’20 de la fin, les hommes de Legname mènent de 14 longeurs! 73-59! Match gagné? Probablement si sa fin est maitrisée. Mais comme si la JDA voulait nous faire goûter de nouveau à tous nos sentiments de la Leaders Cup, elle va nous refaire le coup de la 1/2 finale contre Monaco: pertes de balles, points faciles pour l’adversaire et dans une ambiance d’un coup climatisée, l’ASVEL n’est plus qu’à 3 points à 1’30 de la fin. 1’30, une éternité qui pourrait se transformer en cruelle désillusion. Mais Holston, comme en finale de la Leaders Cup va choisir ce moment pour alterner son jeu et cette fois partir au cercle après avoir fait mine de shooter à 3 points. Un 2 points qui fait alors pousser un grand ouf de soulagement à tous les supporters! 77-72! Puis, après une grosse défense, Axel Julien envoie une merveille de passe qui traverse tout le terrain à un Simon qui avait intelligemment rejoint le cercle adverse. Il marque alors tranquillement pour entériner la rencontre (79-72). Les dernières secondes seront une histoire de lancers. Elle seront aussi et surtout l’occasion de savourer ce nouveau et premier exploit dijonnais en championnat. Soirée magique au Palais.

Encore une très grosse performance pour Laurent Legname, grand artisan du succès par la gestion de son groupe et des systèmes

Analyse/les raisons du succès dijonnais:

L’état d’esprit: Ce point revient décidemment souvent et tant mieux. Ce vendredi soir, l’abnégation des hommes de Legname a été admirable. Un come-back face à une équipe moyenne du championnat aurait été salué, mais le faire face à l’ogre villeurbannais est tout simplement admirable. Encore une fois, les individualités se sont effacées au profit du collectif et les réprimandes de Legname auprès de ses joueurs toujours acceptées.

La gestion du secteur intérieur: Comme nous le redoutions, la densité de la raquette villeurbannaise, avec entre autres, le géant Fall a, au départ, posé pas mal de soucis à la Jeanne, en attaque comme en défense avant qu’elle ne s’adapte. En défense, la JDA a petit à petit multiplié les prises à deux quitte à laisser des shoots ouverts à l’extérieur. Et quand l’ASVEL a manqué de réussite à 3 points ça a fait mouche. En attaque, les Dijonnais ont joué plus vite, en passe, même sur des tous petits périmètres prenant de vitesse des intérieurs villeurbannais dépassés.

La doublette Holston-Julien/la gestion du “cas” Cole : Laurent Legname dispose avec Holston et Julien de deux meneurs d’exception. A la mène à tour de rôle ils font mal. Associés sur le parquet avec Julien en poste 2, ils font très très mal. Surtout, sur cette rencontre, la présence des deux sur le parquet a permis à Holston de gagner en liberté et à Julien de s’occuper de Cole en défense. L’international français l’aura parfaitement géré.

Le Palais a retrouvé son “Jacquot” et son impact des deux côtés du terrain

3 joueurs font la différence au scoring: Pour faire la différence en attaque, la triplette Holston/Julien/Chassang a encore fait la différence avec 67% des points de l’équipe à eux 3. Mention spéciale à Axel Julien pour sa régularité (10 points en première mi-temps, 9 en deuxième) ainsi que 5 passes décisives, 4 rebonds, 6 fautes provoquées pour 24 d’évaluation!

l’alternance de jeu de Simon: souvent dans le rôle du shooter à 3 points depuis plusieurs matchs, Simon a su évoluer sur la rencontre. En difficulté dans ce registre, il a rapidement alterné son jeu, davantage pénétré, provoqué et pris sa chance à 2 points pour rendre une belle copie dont 4 fautes provoquées et 9 points pour 13 d’évaluation.

Battue aux rebonds mais plus efficace (notamment à 3 points): La JDA, comme on pouvait s’y attendre, a laissé beaucoup de rebonds en chemin (29 à 39) et a en particulier pris l’eau sur les offensifs (1 à 12!). De quoi donner pas mal de secondes chances à l’ASVEL. En tout, elle va prendre 8 tirs à 2 points de plus que la Jeanne…mais pour le même nombre de paniers inscrits (17). A quasi-égalité sur les lancers francs (2 de plus pour l’ASVEL), la JDA a fait la différence à 3 points. Les deux équipes en ont tentés 23 chacune mais la JDA en a plantés 11 contre 8 à l’ASVEL soit un très joli 48% de réussite!

La JDA a joué à 8: Le seul point inquiétant de la soirée concerne Charles Galliou qui a eu un temps de jeu digne d’un espoir (1 minute). Ne semblant pas blessé, le cas Galliou à de quoi inquiéter, tout au moins sur ce match. Bon défenseur, il a semblé rapidement dépassé par le rythme du match et sa dureté, comme pouvait l’être Kulvietis l’an-passé. A suivre…

Si ce match avait eu lieu en mai, il aurait tout de suite fait naitre beaucoup de conclusions quant à la suite du championnat. S’agissant d’une première journée, aller faire des plans sur la comètes maintenant serait pure folie. Mais une chose est certaine, malgré les changements à l’intersaisons, ce groupe semble avoir gardé la dynamique de la saison passée. Jamais abattus, du banc au parquet, les Dijonnais ont de nouveau donner une leçon de sport et d’état d’esprit, où l’envie, le combat, le sens du groupe peuvent l’emporter quelque soit l’adversaire et les écarts de budgets. Ce vendredi soir, la JDA a encore fait vibrer ses supporters et bien au-delà.

1 thought on “Ils l’ont (re)fait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.