30 octobre 2020

Retour au Palais manqué pour la JDA Dijon Handball

La JDA Dijon a été bousculée au Palais des Sports pour son grand retour face à Nantes © Hervé Obrecht / NikoPhot

Pour son premier match officiel depuis plusieurs mois au Palais des Sports Jean-Michel Geoffroy de Dijon, la JDA Handball n’a pas réussi à prendre le dessus sur une solide équipe nantaise, dans le cadre de la troisième journée de Ligue Butagaz Energie.

_

Carmen Campos, toujours aussi précieuse

C’est le métronome dijonnais. Depuis le départ de Julie Dazet, c’est l’espagnole Carmen Campos qui a endossé la cape de meneuse de jeu du côté des Artistes. Et c’est un costume qui lui colle plutôt bien à la peau. Avec de belles combinaisons et une efficacité au tir redoutable (90% avec 18 buts convertis en 20 tentatives) c’est la joueuse la plus prolifique de la Ligue Butagaz Energie après trois journées. Autour d’elle, beaucoup de jeunesse pour ce match face à Nantes (avec une moyenne d’âge inférieure à 23 ans), lors d’un retour au Palais compliqué pour la JDA Dijon qui reçoit l’un des cadors du championnat. L’occasion de retrouver également des joueuses parties plutôt discrètement à cause de la crise sanitaire en la personne de Dyénaba Sylla et Déborah Kpodar qui faisaient leur grand retour à Dijon. Devant un public plutôt clairsemé de quelques centaines de personnes, les dijonnaises vont plutôt bien commencer la partie et rapidement mener au score (7′, 4-1). C’est également grâce à plusieurs arrêts de Marie Lachat que cette entame de match est très réussie. Bravo à elle qui s’impose de plus en plus en tant que gardienne “n°1” et réalise des performances satisfaisantes. Malgré deux nouveaux buts de Carmen Campos, l’espagnole ne peut éviter un 0-4 assez gênant en milieu de première période et c’est sur un score de 9-11 en faveur des visiteuses que les joueuses regagnent les vestiaires.

_

Carmen Campos, encore impeccable pour sa première au Palais © Hervé Obrecht / NikoPhot

_

Kpodar et Sylla n’ont pas fait de cadeaux

Alors qu’elles sont restées muettes toute la première période c’est tout à coup le réveil des “anciennes” dijonnaises qui va se mettre en route. Alors qu’elle a reconnu en interview d’après-match avoir été “très stressée” pour son retour au Palais, Déborah Kpodar n’a eu besoin cependant que d’une seule mi-temps pour reprendre ses marques dans la salle côte-d’orienne. Car en moins de huit minutes, c’est quatre réalisations que la jeune joueuse désormais nantaise, va épingler à son tableau de chasse. Il faut dire qu’elle a également été bien inspirée par sa compatriote Dyénaba Sylla qui a démarré la seconde période sur les chapeaux de roues en inscrivant coup sur coup trois buts à l’aile, devant une défense débordée. En courant après le score et cinq buts de retard dès la reprise, l’écart final en restera de même et c’est bien logiquement qu’il a fallu reconnaître la supériorité nantaise sur cette rencontre, avec une victoire des visiteuses (21-26). Quelques pertes de balles et autres imprécisions auront empêché Dijon de faire pencher la balance dans le bon sens en n’oubliant pas une gardienne adverse en feu, puisque avec 21 arrêts, Adrianna Placzek a été incroyable. Bien qu’à la recherche de son premier succès dans cette compétition, la tâche s’annonce possible mais relevée dans le derby de la Bourgogne-Franche-Comté qui est proposé à Dijon le 10 octobre prochain, à Besançon.

_

Déborah Kpodar, 4 buts en 7 minutes… aura fait mal à Dijon © Hervé Obrecht / NikoPhot

_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.