21 octobre 2020

Rugby : sale temps pour le Stade Dijonnais qui se loupe face à Cognac St Jean d’Angely

Dijon a trop souvent été contraint de défendre © NIcolas GOISQUE/NikoPhot

On guettait la réaction dijonnaise après une dernière sortie décevante à Dax. Las, archi dominés en conquête et mis la plupart du temps sur le reculoir, les stadistes ont enchaîné les fautes tombant une fois de plus dans l’indiscipline, et n’ont jamais été en mesure d’imposer leur jeu. Ils s’inclinent logiquement (12-15).

L’ALBUM PHOTO DU MATCH

Dijon subit…..

Autant le dire d’emblée, on n’a pas assisté à un grand match dimanche à Bourillot. Dès le coup de sifflet initial, les Dijonnais sont mis à mal avec une première récupération charentaise pour une remontée de l’ovale sur près de 50 mètres avec plusieurs placages ratés par les locaux au passage, stoppée in extrémis à quelques mètres de la ligne d’embut. Sursis de courte durée car pénalisé une première fois, Dijon encaisse les premiers points par la botte de Quentin Lalarme (0-3, 3′). Si Anthony Fuertès une nouvelle fois impeccable à la botte fait repasser les siens devant (6-3, 9′) c’est trompeur car ce sont bien les visiteurs qui avancent, bousculant sérieusement un 8 dijonnais pas à l’aise pour un sou dans ses crampons. Le déluge s’abat alors sur Bourillot, l’arbitre sous les grêlons renvoie tout le monde aux vestiaires pour 5 bonnes minutes.

Dijon a trop souvent été contraint de défendre © NIcolas GOISQUE/NikoPhot

De quoi réveiller Dijon? Eh bien non; l’union Cognac St Jean d’Angely continue sa moisson en conquête et martyrise le pack adverse par des groupés pénétrants avançant systématiquement. les pénalités pleuvent, Lalarme ramène les siens à hauteur. Et si Fuertès maintient, contre le cour du jeu, les siens devant (9-6, 20′) Romain Gauthier voit jaune et est prié d’aller rejoindre son bac pour 10 minutes. Dans la foulée Fats Autagavaia sort en se tenant le genou et est remplacé par Ignacio Miérès, Acculé dans son camp, se mettant quasiment systématiquement à la faute, le stade contré sur un dégagement de Miérès, est à deux doigts d’encaisser un essai, mais s’en sort finalement avec un mélange de défense héroïque, de maladresses adverses et d’indulgence arbitrale devant la répétition de fautes à 5 mètres de la ligne. Devant au score à la pause (9-6, 40′) c’est vraiment bien payé pour les hommes de Gourdon.

Le stade n’a eu que trop peu d’occasion d’exprimer son jeu © Nicolas GOISQUE /NikoPhot

……Et finit par couler

Si Dijon se donne un peu d’air avec une nouvelle pénalité de son ouvreur dès le retour des vestiaires et que les Dijonnais sont enfin dans la camp adverse, cela ne dure guère. De nouveau pénalisés, ils sont renvoyés chez eux. Et si Cognac St Jean d’Angely, n’est pas génial non plus dans le jeu (d’où un match peu spectaculaire) il est néanmoins plus efficace et dans l’avancée le ballon en main. Lalarme se charge ainsi d’égaliser à l’heure de jeu à la faveur de deux nouvelles pénalités (12-12, 62′) et les visiteurs continuent leur marche en avant à Bourillot face à des Dijonnais contraints à s’arc-bouter en défense de nouveau longuement menacés à proximité de leur ligne (seule satisfaction du jour ils n’encaisseront pas d’essai). Le combat laisse des traces et c’est au tour du capitaine Thibault Dufau de sortir, grimaçant de douleur porté par les soigneurs dijonnais. Au coeur de la tourmente, Julien Beaufils entré quelques minutes auparavant voit rouge pour un placage dangereux laissant ses coéquipiers à 10 pour le money time. ce qui devait arriver, arriva, sur un coup de pied de dégagement déchiré par Miérès, le stade est pris au piège du hors jeu; Lalarme crucifiant le plus logiquement du monde des locaux qui, avouons le, ne méritaient pas le nul tenu jusque là (12-15, 77′). C’est la tête basse qu’ils entendaient le coup de sifflet final.

Quentin Lalarme a inscrit au pied les 15 points de la victoire de ses couleurs © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Relever la tête

Cette fois-ci on ne peut même pas dire que le stade n’a pas joué juste ses temps forts pour la bonne raison qu’il n’en a pas eu. Privé de ballon constamment sur le reculoir et pénalisé trois fois plus que son adversaire du jour, il a totalement déjoué. On ne doute pas de l’état d’esprit et du travail des joueurs plusieurs fois loué par le staff. Force est de constater que les maux persistent de sorties en sorties et qu’on ne voit pas de progrès bien au contraire. Les Stadistes ont pu mesurer au cours de ce premier bloc décevant qu’ils avaient bien affaire dans cette poule nationale à des équipes cliniques, parfaitement huilées en défense (1 seul essai marqué en 4 matchs par Dijon), armées dans tous les secteurs du jeu, et qu’il leur fallait par conséquent hausser clairement leur niveau et individuellement et collectivement. Ne jetons pas tout à la poubelle, mais les 15 jours à venir ne seront pas de trop pour remettre les têtes et tout le reste à l’endroit avant de se rendre à Suresnes le 18 octobre prochain.

Anthoy Fuertès a longtemps maintenu Dijon à flot © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Réaction

Anthony Fuertès demi d’ouverture dijonnais

Stade Dijonnais – Union Cognac St Jean d'Angely : la réaction d'Anthony Fuertès

Retrouvez la réaction du demi d'ouverture du Stade Dijonnais Anthony fuertès après la défaite de son équipe face à Union Cognac St-Jean-d'Angély

Publiée par Dijon Sportnews sur Lundi 5 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.