21 octobre 2020

Football (F) : Le DFCO a pris l’eau contre le PSG

Désiré Oparanozie tentera de faire trembler les filets - © Hervé Obrecht / NikoPhot - archives

Dans le cadre de la 4ème journée de D1 Arkema, la Section Féminine du DFCO recevait le Paris Saint-Germain, l’un des deux cadors de l’élite féminine du football français, dans un stade des Poussots qui sonnait encore creux, suite à la crise sanitaire. Après avoir bien tenu en première période malgré une partie perturbée par le temps, c’est en seconde période que les rouges se sont effondrées pour s’incliner logiquement au final (0-3).

_

Des seaux d’eau et des grêlons pour la mise en bouche

Il ne fait jamais bon d’accueillir un gros du championnat sur sa pelouse, même synthétique. Avec un public absent c’est encore plus compliqué en devant assuré le spectacle devant les caméras de Canal+ Sport qui avaient fait le déplacement jusqu’aux Poussots. Mais malgré tout ces vents contraires, les filles de Yannick Chandioux restaient sur une belle performance du côté de Guingamp avec une victoire qui avait confirmé la première victoire de la saison à domicile face à Issy. La passe de trois était donc l’objectif tout en pesant la confrontation du jour proposée aux dijonnaises. Et l’armada parisienne n’aura pas le temps d’inquiéter Mylène Chavas, la portière locale, titularisée depuis le départ d’Emmeline Mainguy du côté de Naples en Italie. Car en effet, c’est Monsieur Météo qui envoie un orage de grêle obligeant l’arbitre a renvoyer tout le monde aux vestiaires après quelques minutes de jeu. Cinq minutes plus tard, la partie peut reprendre mais les conditions climatiques ont climatisé les occasions de but qui ne se font que très rare. Malgré tout, les parisiennes se montreront dangeureuses à deux reprises, mais une tête trop croisée et une parade de Chavas vont maintenir le score nul et vierge à la pause, grâce également à un bel état d’esprit affiché par les coéquipières de la capitaine Ophélie Cuynet. Il reste 45 minutes et tout reste possible cependant.

_

Sous des trombes d’eau, la première période aura livré un faible spectacle – © Hervé Obrecht / NikoPhot

_

Des dijonnaises qui prennent l’eau au figuré après la pause

Une pause bien au sec. Mais c’est avec le maillot gorgé d’eau et une magnifique panoplie d’accessoires roses (cerf-tête, bandeaux, élastiques…) pour soutenir la campagne “Octobre Rose” luttant contre le cancer du sein, que les actrices retrouvent la pelouse. Le ciel, plus clément, laisse entrevoir à présent une éclaircie derrière d’épais nuages gris s’éloignant de plus en plus. Mais les rouges n’auront pas vraiment le temps de rentrer à nouveau dans cette partie. En effet après 10 premières minutes d’observation, c’est Luana qui, bien servie en une touche, se retrouve en position de frappe idéale et trompe Chavas pour la première fois de l’après-midi (54′, 0-1). Mais ça ne va pas s’arrêter là. Malheureusement. Cinq minutes plus tard, la gardienne est encore sollicitée et repousse comme elle peut, mais Baltimore a bien suivi et pousse le cuir au fond des filets (59′, 0-2). Dans ces temps de Roland Garros, on peut dire que le break est fait et l’on voit mal comment les locales vont pouvoir inverser la tendance tellement les parisiennes ont mis la main sur cette partie. Gardant la tête haute, les bourguignonnes vont pourtant se procurer quelques rares occasions, surtout par l’intermédiaire de Désiré Oparanozie qui fait parler sa carrure et sa vitesse mais ne trouve pas le geste juste pour convertir ses tentatives en buts. Une petite frayeur ensuite avec un choc où Léna Goetsch, qui vient de fêter son 21ème printemps reste au sol. Mais plus de peur que de mal au final pour la solide défenseure alsacienne qui terminera la partie. Dans l’ultime minute de la partie, Baltimore s’emploie à l’entrée de la surface de réparation et réalise le doublé de fort belle manière (89′, 0-3). Rien à dire, le score est au final logique avec des Parisiennes qui ont monopolisé le cuir et méritent de s’imposer devant les tribunes vides des Poussots.

_

La marche était trop haute pour Dijon en seconde période – © Hervé Obrecht / NikoPhot

_

La réaction de Yannick Chandioux (en vidéo) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.