28 novembre 2020

Handball : le DMH surclassé par Cherbourg

© Hervé OBRECHT/NikoPhot

Battu mercredi dernier à Saran avec un scénario qui n’avait guère plus à son coach, le Dijon Métropole Handball recevait ce samedi Cherbourg avec l’intention de repartir de l’avant. Las, dominés dans tous les compartiment du jeu, les Dijonnais encaissent leur seconde défaite de la semaine (24-30). Vraiment pas de quoi redonner le sourire à Ulrich Chaduteaud.

Une leçon !

“On a pris une leçon de tout ! de handball, d’envie de détermination…..” résumait le technicien dijonnais après la rencontre. Inquiétant tout de même pour une formation qui ambitionne de retrouver le haut de tableau qu’il côtoyait les saisons précédentes, si l’on oublie celle ratée de l’an dernier. Si on s’évertue à penser que le collectif bourguignon a un potentiel évident, force est de constater que pour le moment cela ne se traduit pas sur le terrain et que ça interroge sur les limites au niveau du mental et de l’investissement nécessaire pour aborder les duels toujours rudes proposés à chaque rencontre dans cette Proligue. Techniquement Dijon a montré par moment face à Saran ou encore Nice qu’il était au niveau, mais pour maintenir ce niveau technique et dicter sa loi, il faut d’autres atouts qu’on ne retrouve pas aujourd’hui dans les cartes du DMH.

Les Dijonnais ont eu toutes les peines du monde face à la solide défense normande © Nicolas GOISQUE/NikoPhot


Cherbourg bien dans son handball……

Bien sur cette équipe de Cherbourg n’a rien d’un faire valoir. Impressionnante de gabarit à l’image de son très solide pivot danois Kristian Krag Orsted (2m10, 132 kg) qui aura fait des misères aussi bien offensivement que défensivement durant toute la rencontre, elle a pris la rencontre en main dès le début et ne l’a jamais rendu. C’est simple Dijon n’aura jamais mené et n’aura été qu’une seule fois à hauteur, à …..1-1 ! D’entrée le gardien israélien des Normands Dan Tepper se met en évidence avec deux arrêts en deux minutes sur Pierrick Naudin puis Steeven Bois (il maintiendra un niveau élevé pour finir avec 14 arrêts à 37%. Comme un symbole c’est donc le géant danois qui ouvre le score (0-1, 3′), puis Cherbourg s’installe d’entrée en patron (1-4, 8′). le DMH est en apnée se faisant enfoncer en défense et éprouvant toute les peines du monde à attaquer le bloc adverse. Un triplé de Steeven Bois entretient un instant l’espoir (5-6, 15′) mais cela ne dure….. Qu’un instant

Ici face à Loïs Pasquet, le gardien Dan Tepper a participé à la belle prestation des visiteurs © Hervé OBRECHT/NikoPhot

…..Creuse inexorablement l’écart…..

Bien mené par le demi centre norvégien hakon Ekren, cherbourg récite une partition bien huilée avec enthousiasme, Orsted se régale donc dans la défense dijonnaise qu’il martyrise, l’expérimenté capitaine Williams Manebard convertit sans broncher les pénaltys récoltés par les siens et les Dijonnais sombrent doucement mais sûrement, incapables de se révolter (7-11, 22′). Ulrich Chaduteaud stoppe le jeu pour tenter de secouer son monde, mais la fin de mi-temps est encore et toujours cherbourgeoise, Mannebard puis le croate Gunko (formation très internationale que ce Cherbourg !) y allant chacun de leur doublée pour offrir un matelas intéressant à mi-parcours tant on ne sent pas pas pour l’instant venir l’étincelle côté DMH (10-15, 30′).

Hakon Ekren a parfaitement mené les siens vers la victoire © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

……Et l’emporte sans discussion possible…..

La coupure plus longue de la mi-temps va-t’elle permettre de relancer la machine ou au moins de fomenter un début de révolte un sursaut d’amour propre ? Eh bien, non. Le calice continuera à se boire jusqu’à la lie avec comme premier pépin la sortie prématuré de Maxime Diot, qui avait pris place dans la cage dijonnaise, blessé au genou. Cherbourg continue lui son inexorable marche en avant loin des soucis de son adversaire et l’écart enfle tout aussi inexorablement (13-20,40′) pour inévitablement atteindre les +10 en faveur des visiteurs à 1/4 d’heure du terme. De match, il n’y a plus et si les Dijonnais réduiront quelque peu l’écart en fin de rencontre, Cherbourg ayant partie gagné, cela ne masque en rien des insuffisances qui commencent à interroger sur les réelles capacités de ce groupe à exister au sommet de la rude Proligue. On espère que les coéquipiers de Pierrick Naudin lèveront les doutes naissants dans un prochain match périlleux se profilant dès ce jeudi avec la réception du leader Sélestat.

Cherbourg pouvait légitimement savourer après la rencontre © Hervé OBRECHT/NikoPhot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.