28 janvier 2021

Carmen Campos, avec 10 nouveaux buts, sort une nouvelle grosse prestation. La balle de match était trop compliquée. © Hervé Obrecht / NikoPhot

La JDA Dijon Handball était à la recherche de sa première victoire en Ligue Butagaz Energie dans le cadre de la 6ème journée de championnat sur le parquet de Saint-Amand. C’est loupé et c’est très rageant vu le scénario de la rencontre qui aura laissé le suspense planer jusqu’à la dernière minute.

_

La course en tête

Dans un contexte sanitaire toujours très compliqué, les filles de Christophe Mazel ont joué l’une des deux seules rencontres de cette sixième journée de Ligue Butagaz Energie n’ayant pas été reportée pour cas covid. C’est donc avec beaucoup d’envie et d’ambitions que la JDA Dijon Handball se rendait dans le nord de la France à la rencontre d’une équipe qu’elle connait bien pour avoir disputé les playdowns avec elle lors de la précédente saison complète, avec une issue favorable aux dijonnaises. Après avoir concédé un bon nul à Chambray (J1, 27-27) et un défaite très rageante du côte de l’OGC Nice (J2, 25-24), les Bourguignonnes ont vu leur derby face à l’ESBF reporté il y a quelques semaines. C’est donc avec un bilan intéressant à l’extérieur qu’elles se présentaient au coup d’envoi de la partie face à des locales restant sur un bilan mitigé à domicile (1v, 1d). Et le début de partie va vite confirmer la bonne forme de Dijon qui claque un 0-5 en dix minutes après notamment deux réalisation de Carmen Campos, l’inévitable buteuse de cette formation (10′, 0-5). Mais les locales vont se réveiller et les dix minutes suivantes seront clairement à leur avantage avec un 6-2 qui vient doucher les ambitions festives du début de partie (20′, 6-7) et Kolczynski qui plante déjà trois belles réalisations. Les dix dernières minutes du premier acte sont plus tendues et les coéquipières de la capitaine Joanna Lathoud gardent toutefois l’avantage à la pause (30′, 10-12).

_

Claire Vaultier aura été efficace en deuxième période (4 buts) mais cela ne suffira pas
© Hervé Obrecht / NikoPhot – archives

_

Un money-time une nouvelle fois fatal

A l’instar de la première période, le retour sur le parquet se passe plutôt bien et c’est avec de la maîtrise et de l’engagement que les sept premières minutes sont le fruit d’un écart assez stable (36′, 13-16). Mais les choses vont se gâter plutôt rapidement : en treize minutes un cinglant 7-2 vient retourner complètement le match et c’est pour la première fois l’équipe dirigée par Florence Sauval qui prend les commandes de la rencontre (50′, 20-18). Mais Carmen Campos réduit la marque, avant que Frecon ne remette l’écart à deux buts sur jet de 7m. Un moment clé où la jeune Claire Vaultier va prendre ses responsabilités et marquer coup sur coup pour faire recoller son équipe au tableau d’affichage (55′, 21-21). Le money-time s’annonce et avec lui les souvenirs d’une douloureuse défaite à Nice sur un scénario incroyable. Mais les dijonnaises, bien qu’à nouveau menée sur un nouveau tir converti par Frecon, ont du répondant et c’est Céline Sivertsen qui est là pour revenir au score (58′, 22-22). Malheureusement, le dernier mot sera pour les locales puisque Malina inscira un but à 58 secondes du buzzer. Une dernière opportunité se présente à Carmen Campos, qui après une faute au buzzer obtient un jet de 9m qu’elle doit jouer directement puisqu’il ne reste plus de temps au tableau d’affichage. Elle tente de contourner le mur jaune qui s’est dressé devant elle mais ne parvient pas à accrocher le cadre le ballon allant mourir au ras du poteau (60′, 23-22). Une nouvelle fois la JDA aurait mérité mieux et tombe d’une petite unité. Une fausse note qu’il faudra corriger rapidement à domicile dès mercredi prochain avec la réception de Toulon-Saint-Cyr au Palais des Sports.. à huis clos, forcément..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.