16 janvier 2021

Handball : nouveau coup de Massy sur le DMH

Après deux succès face à Sélestat et Strasbourg, on espérait le DMH capable d’enchaîner en allant enfin chercher un succès probant loin de ses terres. En interview d’avant match sur le live proposé par le club massicois, Urich Chaduteaud soulignait que Dijon n’avait pas souvent réussi à Massy. Eh bien ce ne sera pas encore pour cette fois, la faute principalement à un secteur offensif défaillant. Au final une défaite logique (24-20)

Débuts très corrects

A un moment il faut appeler un chat un chat. Match après match, les scénarios sont trop récurrents du côté dijonnais. A Massy hier soir il y avait comme une grosse impression de déjà vu. Après un gros début de match notamment sur le plan défensif , un Wassim Helal de gala dans sa cage, un Vincent Maguy efficace en début de rencontre, Dijon éteint les offensives de Massicois par ailleurs peu inspirés, y compris en supériorité numérique, et s’envole au score après le 1/4 d’heure de jeu en passant un 5-0 en 10 minutes (10-5, 25′) Revers de la médaille, Dijon prend des deux minutes dont 2 en 14 minutes pour Marc Poletti contraint dès lors de rejoindre le banc en défense. Massy en énorme difficulté en attaque placée a marqué en contre attaque, sur pénalty ou en cage vide lors de supériorités numériques. Dijon après les trois buts initiaux, sur des exploits personnels de Vincent Maguy, a trouvé deux fois la mire par Lilian Pasquet (7′ et 8′) puis a bien trouvé un bastien Khermouche impeccable par trois fois sur son poste de pivot, et a décalé une fois Virgile carrière sur son aile. Le DMH aurait sans doute plus pu mettre à profit sa performance défensive pour s’offrir des buts faciles en contre, mais enfin après 25 minutes et un premier but de Steeven Bois, la copie est vraiment satisfaisante (5-10, 25′).

8 arrêts pour Wassim Helal en première période encore une belle mi-temps pour le portier dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Gaspillage en fin de première période

Dijon est alors en passe de faire très mal à son hôte en le laissant à 5 – 6 buts marqués et en prenant une avance confortable à mi-parcours. Mais tout comme face à Strasbourg une semaine plus tôt les Bourguignons vont relancer tout seuls les joueurs de l’Essone. Sans aucune raison, ils se mettent à se précipiter en attaque au lieu de prendre tranquillement leur temps. Résultat 4 pertes de balle en 5 minutes, et 3 buts encaissés (le 4ème n’était pas loin), dont 2 en contre-attaque, et un adversaire complètement relancé et regagnant le vestiaire sur une bonne dynamique (8-10, 30′). De quoi rager devant cette récidive incompréhensible.

Des arrières muets, et un DMH à l’envers

Malheureusement on va alors revoir des choses trop souvent vues depuis ce début de saison. Si dans un premier temps, Pierrick Naudin, combatif et courageux maintient son équipe devant en marquant par trois fois, on voit alors un Lilian Pasquet paralysé au moment de prendre ses shoots, un Vincent maguy qui se démène en vain (plus aucun but sur 5 tentatives après ses 3 réalisations initiales en dans les 5 premières minutes), Un Marco Poletti qui frôle plusieurs fois le rouge, qui perd de sa lucidité au tir et qui finit par être logiquement disqualifié pour une troisième exclusion de 2 minutes, un gardien adverse déjà pas mal en première période qui monte clairement en puissance. La défense n’est plus aussi efficace, Bien muselé en première période, le canonnier massicois Edson Imaré (meilleur marqueur de Proligue) se refait la cerise et transperce à plusieurs reprises la défense dijonnaise. Bref Massy s’est adapté, trouve de nouvelles solutions en attaque, cible sa défense sur Khermouche et les demi-centres dijonnais, tandis que Dijon, lui est justement incapable de s’adapter et s’affole. Abdoulah Mané qui retrouve un peu de temps de jeu (après ne pas en avoir eu face à Strasbourg) est malheureusement pour lui, fantomatique (0/3), Théo laguillaumie n’est pas plus en réussite (1/3), Lilian Pasquet n’ose plus rien faire (2/4 au final avec ses deux buts dans le 8 minutes initiales). Du coup seul Vincent Maguy prend les tirs mais dans des situations improbables et rien ne fait plus mouche face à un Gauthier Ivah qui se régale dans ses buts (21 arrêts à 53%). Au final. Dijon terminera la partie à 44% de réussite ! Ce qui devait arriver….. Massy égalise par l’inévitable Imaré (14-14, 43′). La dynamique est très clairement massicoise.

Pierrick Naudin est le seul arrière à avoir surnagé en seconde période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Nouvelle défaite logique

Le problème est qu’on ne sent absolument pas le DMH capable de reprendre ses esprits , de poser son jeu, de réciter des systèmes, de décaler un ailier, ou de trouver son pivot. On voit plutôt de l’hésitation, des bras qui tremblent, des demi centres qui contraints s’agitent et finissent par prendre des tirs improbables sans efficacité. On a du mal à écrire tout cela mais c’est bien la triste vérité. A Massy, Nassim Bellahcène amène sa pierre avec deux trois boulets de canon bien sentis. Pierrick Naudin toujours lui maintient Dijon au contact par deux fois sur pénaltys puis avec un beau tir au travers (20-19, 53′) tout est encore permis. Mais le money time ne sera, encore une fois, pas en faveur de Dijon, trop de pertes de balle et les hommes forts de Massy : Imaré, Junior Réault (dont on a pas parlé mais une nouvelle fois très précieux), Nassim Bellahcène, finissent logiquement le travail face à un DMH qui a perdu le fil depuis belle lurette. Une nouvelle désillusion et toujours ce même sentiment qu’il y a vraiment moyen de faire mieux, bien mieux. Mais désolé sur ce qu’il montre depuis le début de l’exercice, Dijon est aujourd’hui à sa place. Le jeu ne peut reposer que sur quelques joueurs, on est obligé de pointer des défaillances individuelles qui mettent le collectif en péril dès lors que les choses se mettent à tourner moins bien!!! On sait que les Dijonnais en sont conscients et en discutent entre eux régulièrement. Tout ceci n’est pas suivi de faits espérons que ce ne soit que temporaire….. Même si ce temporaire commence à durer.

9 buts pour Edson Imaré, 21 arrêts pour Gauthier Ivah, 2 des hommes clé du succès massicois © MEHB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.