16 janvier 2021

Basket : à Cholet, La JDA n’y était pas

Laurent Legname a parlé de honte après le rencontre © Nicolas GOISQUE/NIkoPhot archives

En déplacement chez une équipe de CB – Cholet Basket, certes renforcée et dangereuse mais mal classée, la JDA Dijon Basket avait l’occasion de conforter sa place dans le haut du classement. Mais à l’exception d’un premier quart temps équilibré, elle n’a eu de cesse que de courir après le score. Le rapproché juste avant la mi-temps, source d’espoir n’aura été qu’un mirage. Battue dans quasiment tous les compartiments du jeu, le faible écart finale de 10 points (83-73) ne s’explique uniquement par un come-back désespéré dans les 3 dernières minutes.

Les hommes de Legname, méconnaissables, subissent un deuxième revers de suite en comptant l’amical de la semaine dernière. Pire, les 3 temps morts de suite de Laurent Legname n’auront pas eu beaucoup d’effets, laissant même entrevoir de grosses tensions. A oublier.

Analyse/ Explications de la défaite:

  • David Holston une nouvelle fois mangé par son vis-à-vis et catastrophique aux shoots: Nous avions souligné la qualité de Stockton tout en comptant sur le génial lutin de la JDA pour l’arrêter. Il n’en a rien été. Muselé sur les phases offensives et à la peine sur les phases défensives. Pire, Holston, si exceptionnel d’habitude n’aura rentré que 5 tirs! Son entêtement à prendre plusieurs shoots à mi-distance alors qu’il a multiplié les air-balls dans cet exercice était peu compréhensible.
  • Stockton: Revers de ce constat, c’est donc la grosse performance de Stockton qu’il convient également de mettre en avant. Créateur et scoreur il aura fait très mal tout comme Blakes, nouveau joueur choletais.
  • 13 tirs de plus pour la JDA et derrière à l’arrivée : Si Holston en était l’une des figures, c’est bien le manque d’adresse collectif qui explique en grande partie la défaite. Alors que les hommes de Legname ont eu 13 tentatives de plus que ceux de Kunter, ils repartent de Cholet avec un pourcentage de réussite famélique (Moins de 58% à 2 points et moins de 28% à 3 points!).
  • Les postes 2/3 en question: Si l’adresse globale était si faible, elle le doit en grande partie à Johnson, Simon et Galliou. A eux 3, ils ont pris 13 shoots pour…2 convertis! Soit 15% de réussite. Alors que les Dijonnais ont pris l’habitude de s’appuyer beaucoup sur les extérieurs, impossible de gagner avec de telles stats.

Chase Simon et les extérieurs dijonnais ont été d’une maladresse criante © Nicolas GOISQUE/NIkoPhot archives

  • Le rythme: Oui, les extérieurs n’étaient pas en réussite. Pour l’expliquer en partie, le rythme mis dans les phases offensives. Le ballon circulait très lentement, avec trop peu de mouvements pour surprendre Cholet et créer des shoots ouverts.
  • Le secteur intérieur en sauveur: seul lot de consolation, la performance XXL de Chassang et le gros match d’Alingué. Ils ont tout simplement inscrit 47% des points de la JDA avec une adresse respective de 77% et 83%! Sans eux, la soirée aurait cauchemardesque. A noter également le match très cohérent de Vanwijn.
  • Holston/Julien courts dès le départ: La doublette avait de quoi faire trembler et elle pouvait mettre la JDA sur les bons rails dès le début de match. Problème, l’écart attendu avec ce duo ne s’est jamais fait et les deux leaders d’attaque ont été rapidement à court physiquement. Sans pouvoir faire sortir l’un des deux du banc et apporter de la fraîcheur la Jeanne s’est retrouvée sans solutions.
  • Pas la défense attendue malgré la bataille des rebonds gagnée: Les dijonnais qui ont su s’imposer aux rebonds (34 à 32 dont 11 offensifs à 3) n’ont jamais su mettre l’agressivité défensive qu’on leur connait. Très vite battus dans les duels et souvent piégés par les mêmes systèmes ils étaient mis en difficulté sur chaque attaque.

David Holston est pour une fois passé complètement à côté de son match © Nicolas GOISQUE/NIkoPhot archives

Il est concevable de passer à côté de certains match. Mais la soirée pourrie de la Jeanne laisse un goût amer et quelques interrogations, en particulier sur les joueurs extérieurs. Mais elle peut aussi mettre en évidence qu’en réalisant un très mauvais match la JDA échoue de peu. Ce qui peut être source d’espoirs. Mais elle vient surtout rappeler que chaque match est un combat en Jeep Elite et que rien n’est jamais facile. Enfin, s’il est des soirs dont on ne retire rien, celui-là aura probablement le mérite de servir de rappel à l’ordre. Ce groupe est bien entendu capable de faire beaucoup mieux et sera, à n’en pas douter, à la hauteur des prochains rendez-vous.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.