21 octobre 2021

Rugby : Stade Dijonnais – Chambéry : l’ovale de retour sur le pré

Près de deux mois et demi après avoir obtenu sa première victoire dans la poule nationale face à Narbonne (20-12 le 24 oct dernier), le stade dijonnais retrouve (enfin) la compétition en recevant Chambéry ce dimanche pour le compte de la 11ème journée (du calendrier initial). Première confrontation d’une série cruciale de 4 matchs pour les Dijonnais qui vont s’enchaîner jusqu’à la fin du mois.

Où en est-on ?

Une nouvelle fois on est un peu perdu pour s’y retrouver dans ce championnat de Nationale de rugby. Les 14 équipes ont jusqu’alors disputé les 6 journée initiales. Mais avec le lot des matchs reportés pour cause de covid les équipes ont joué de 3 (Bourgoin) à 6 rencontres (Dijon Suresnes Tarbes). Il est prévu de solder ses 6 journées en rattrapant les matchs . pour ce qui est de ce week-end, suivant les équipes on va jouer des matchs prévus dans le calendrier initial pour les journées 8 à 12 !! Et la semaine prochaine on reprendra le calendrier avec l’ensemble des matchs de la 14ème journée. Bienvenue en “pandémie land”.

Pour ce qui est du décor, toujours le huis clos. Ce vendredi en conférence de presse, le président du Stade Dijonnais, Philippe Verney, s’est voulu rassurant sur l’aspect financier. Avec les aides reçues, le recours au chômage partiel, le soutien des partenaires malgré la période de crise, il pense pouvoir s’en sortir, en tablant sur un réceptif d’ici la fin de saison. “au moins on joue” dit il dans un demi sourire et à priori cette nationale devrait aller à son terme. Il ne devrait plus y avoir d’interruption, le régime devenant le même que pour la Pro D2 et le top 14. Le seul risque qui plane sur les rencontres est le nombre de cas dans les clubs qui ont vu les protocoles se renforcer encore plus. Et là c’est donc à chacun d’être sérieux. “on a vu à Dijon qu’en étant strict sur le respect des consignes, on avait très peu de cas !”. Les spectateurs et amateurs de rugby sont eux toujours privés de stade mais pourront suivre les match du stade, pour ce dimanche sur facebook live puis pour les suivants sur You tube. Dernière précision en ce qui concerne la visibilité, l’équipe 21 devrait diffuser 8 matchs d’ici la fin de saison, Dijon ayant fait savoir qu’il était prêt à recevoir la chaîne à Bourillot.

En conférence de presse Thomas Kohler et Kévin Amiot ont planté le décor de cette reprise

“On est prêt”

Bon si nous parlions un peu sport. Difficile de savoir ou en est exactement le Stade Dijonnais, tout comme ses adversaires d’ailleurs ! Appuyons nous sur ce que nous dit le club. Lors de la conférence de presse, Thomas Kohler a relevé le sérieux des joueurs, “qu’on a retrouvé dans une bonne condition à la reprise en décembre (après un mois de novembre de “vacances”). “Physiquement on est bien dit aussi Kévin Amiot et on a bien travaillé depuis la reprise, on est prêt“. Reste que le rythme est tout de même très particulier, que le stade arrivera face à Chambéry avec un petit match de préparation dans les jambes (défaite à Massy 12-7, le 16 décembre), une rencontre qui a tout autant servi de préparation que de revue d’effectif pour le staff dijonnais. “Avec 4 matchs en 4 semaines on va avoir besoin de tout le monde” dit Thomas Kohler qui a plutôt apprécié la prestation dijonnaise lors de ce match. Pour Kévin Amiot, emblématique 3ème ligne du Stade, “il était important d’avoir au minimum un match dans les jambes avant de reprendre la compétition. Maintenant il faut y retourner et gagner“, car comme le dit Thomas Kohler, “tous les jokers sont d’ores et déjà joués. On va jouer tous nos matchs pour les gagner, le déclic de Narbonne a fait du bien mais il faut enchaîner. S’il concède que ce mois de janvier avec trois réceptions (Chambéry puis Bourgoin dès la semaine prochaine et Dax en fin de mois) pour un déplacement à Bourg en Bresse, sera crucial, il ajoute dans la foulée qu’il en est de même pour février, mars…. Rappelons que Dijon navigue en queue de classement (12ème/14 devant Massy et Blagnac qui comptent respectivement un et deux matchs de moins) et qu’il est donc urgent d’engranger.

Kevin Amiot a faim de match © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Chambéry s’est bien renforcé

Sur l’adversaire de ce dimanche, que Dijon avait affronté en fédérale 1 l’an dernier (Chacune des deux équipes s’étant très largement imposée à domicile), Thomas Kohler souligne l’excellent recrutement effectué par les Savoyards. “C’est une équipe dense et complète, qui s’est bien renforcée devant comme derrière et qui s’est bien équilibrée par rapport aux années précédentes sur ses forces et faiblesses. C’est solide en mêlée, propre sur la touche , en conquête. Derrière ils ont des joueurs de métier comme Mathieu Bélie, (le demi d’ouverture passé notamment par Montauban, Brive, Racing 92, Bayonne Perpignan,Nevers est arrivé d’Espagne cet été), Danre Gerber centre sud africain (lui aussi recrue de l’intersaison), des plus-values évidente à une équipe qui était déjà plutôt dangereuses les saisons précédentes“. On l’aura compris Chambéry, comme toutes les équipes de cette nationale sera un adversaire très coriace qui débarque en Bourgogne avec un bilan de 2 victoires et 3 défaites, et la ferme intention de s’imposer. Le stade dijonnais reste lui ambitieux dans son projet de jeu “tout en souhaitant s’appuyer sur les bases rassurantes que sont la conquête et la défense. Il souhaite ensuite générer de l’avancée sur les premiers temps de jeu derrière pour pouvoir avoir la maîtrise du rythme du match” dit encore Thomas Kohler. “Il faut envoyer, c’est comme un nouveau championnat qui commence, il faut gagner les matchs en les prenant l’un après l’autre, en retrouvant du plaisir sans se poser de questions. Si tu as envie d’avancer, il ne peut rien t’arriver” conclut pour sa part Kévin Amiot

Le Stade Olympique de Chambéry 2020-2021 ©SOC

Composition : “Saki” derrière

Dans la composition d’équipe retenue pour cette reprise on notera notamment la confirmation de la charnière Thomas Sylvestre/Anthony Fuertès qui avait officié face à Narbonne (Thibault Dufau blessé à la cheville sur les derniers matchs se tenant prêt en impact player de luxe), le placement de Saki (Bureitakiyaca) à l’arrière (“pour ses qualités physiques et techniques et sa capacité à faire avancer l’équipe dès qu’il touche le ballon” dixit Thomas Kohler) et donc le glissement de David Odiete à l’aile. Pour le reste la composition est classique.

Souvent utilisé à l’aile Sakiusa Bureitakiyaca sera cette fois ci l’arrière du Stade © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

La compo en vidéo : https://www.facebook.com/stadedijonnais/videos/2697710420559101

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.