8 mai 2021

Handball : A Strasbourg, le DMH rejoue un mauvais jour sans fin

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Reprise de compétition à l’envers pour le Dijon Métropole Handball, battu ce vendredi soir (23-22) chez la lanterne rouge Strasbourg, au terme d’un match durant lequel il aura montré son plus mauvais visage, un scénario beaucoup trop récurrent cette saison.

Une performance indigne

Mais à quoi joue le Dijon Métropole Handball ? En tous les cas il met à rude épreuve les nerfs de ses supporteurs. Une fois n’est pas coutume je vais qualifier la prestation de ce vendredi soir d’indigne d’une équipe professionnelle. Au sortir du match de préparation de vendredi dernier face à Sélestat, Ulrich Chaduteaud, le coach dijonnais lâchait un brin désabusé “on sent qu’on ne maîtrise pas les choses”. Les faits lui ont malheureusement donné raison. Pas de maîtrise, mais aussi de grosses insuffisances techniques, bien trop de pertes de balles, de tirs ratés, des arrières aux abonnés absents, une gestion calamiteuse du money time…. Tout cela fait beaucoup, bien trop en tous les cas pour espérer l’emporter face à une équipe, moins talentueuse, moins armée, diminuée qui plus est, mais bien plus engagée, concernée, et surtout respectueuse du jeu.

On est désolé mais on a vraiment du mal à trouver des excuses à Dijon. Comment un groupe assurant viser le haut de classement peut il se comporter ainsi ? Car hormis un début de match correct durant lequel il a pris les devants (4-8, 12′) (6-9, 17′) avant de se mettre à balbutier son handball, se faire rejoindre, en encaissant 3 buts en 1 minute (9-9, 18′), il n’a jamais imposé son rythme et a réalisé une seconde période insipide alors qu’il était toujours devant à la pause (11-13, 30′).

Ulrich Chaduteaud et ses joueurs ont de quoi se gratter la tête, ils n’y sont pas du tout sur ce match de reprise © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Plusieurs individualités pas au niveau

Le pire c’est que Strasbourg, n’a pas été irrésistible sur cette rencontre loin de là. 52% de réussite côté alsacien, de nombreuses pertes de balle etc… Les hommes de Lathoud ont juste profité des bêtises adverses. Ils ont ainsi plutôt correctement fructifié leurs ballons de contre, bien aidés par la performance en seconde période de leur gardien Maxime Duchesne (9 arrêts en 30 minutes à 40%) et prenant leur temps pour trouver des solutions dans la défense dijonnaise. Rien de génial, on l’a dit, mais une optimisation des moyens. En face quelle désolation ! Un nombre de tir ratés incalculable en seconde période, des choix douteux, pas de fond de jeu collectif, des arrières incapables de trouver la mire ou de prendre leurs responsabilités, des demi-centres qui en perdent leur lucidité, finissant comme souvent par prendre des tirs dans des positions improbables, avec un pourcentage de réussite forcément limité. Ulrich Chaduteaud annonçait avoir besoin de 16 joueurs performants. Force est de constater qu’il ne les a pas aujourd’hui et que certains ne sont pas au niveau attendu. 2/10 pour les 4 arrières Lilian Pasquet, Pierrick Naudin, Théo laguillaumie et Abdoulah Mané, incompréhensible ! Il y a clairement un soucis. Mané joue très peu, mais le peu qu’il joue il ne prend jamais sa chance, fantomatique, Lilian Pasquet ne prend aucun shoot, les refusant quasi systématiquement, facilitant ainsi la défense adverse et handicapant les enclenchements. Théo Laguillaumie, n’apporte pas non plus le danger que l’on serait en droit d’attendre, Pierrick Naudin ne parvient pas à retrouver le niveau qui était le sien il y a quelques années. Le jeu repose bien trop sur les demi centres qui s’activent mais qui manquent de justesse et de lucidité (faute d’être secondés ?). Le mental est clairement défaillant, la gnaque également. La base avant s’en tire beaucoup mieux mais tout ne peut reposer sur elle, pas plus que sur la paire de gardiens qui tient son rang match après match. Dijon ne fait pas peur et toutes les équipes savent qu’elles ont une chance et qu’il ne faut pas grand chose pour faire déjouer les Bourguignons.

Lilian Pasquet comme bien d’autres de ses coéquipiers est loin du niveau escompté © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

A quand un match abouti ?

Le money time est symptomatique des maux dijonnais : un seul but inscrit dans les 10 dernières minutes, alors que Strasbourg n’en met que deux ! 5 tirs ratés, 3 pertes de balles, deux exclusions de 2 minutes. Un dernier tir improbable sur une quasi balle de match et une dernière défense incapable d’agressivité pour enterrer le ballon dans les 20 ultimes secondes. Non vraiment on ne voit vraiment pas quoi sauver de cette piètre prestation. Dijon devrait repasser 6ème ce soir après la rencontre opposant Massy à Sélestat et devra vraiment montrer autre chose très rapidement s’il veut tenir ses objectifs. Nous on finit par désespérer d’assister à un match abouti de la part de cette équipe. On espère évidemment se tromper.

Avec 8 but dont le dernier sur le gong, le Strasbourgeois Xavier Moreau aura été précieux pour son équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.