26 février 2021

Handball : être à la hauteur : la mission du DMH qui reçoit Massy

15ème journée de Proligue ce vendredi soir au palais des sports Jean-Michel Geoffroy (20h00). Après une rentrée franchement ratée à Strasbourg, le Dijon Métropole Handball devra montrer tout autre chose face à un concurrent direct pour les places en play-offs, s’il veut tout simplement être à la hauteur de ses ambitions.

On ne sait franchement plus trop quoi penser de ce DMH version 2020-2021, séduisant sur le papier, le groupe dijonnais a globalement plutôt déçu depuis le début de saison. Capables de bouts de matchs quasi parfaits (20 minutes initiales à Saran ou à….Massy à l’aller, 50 minutes face à Sélestat), les Dijonnais deviennent souvent catastrophiques dès lors que la machine s’enraye et quasi incapables de gérer leur temps faibles. Plus inquiétant, on ne constate guère de progression, match après match et certaines individualités restent très en dessous du niveau espéré et requis pour exister en Proligue.

Wassim Helal forme avec Maxime Diot l’une des paires de gardiens les plus sures de la proligue © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Des maux connus, des remèdes qui tardent à arriver

Si les constats sont clairs, les diagnostics posés : manque de sérénité, mauvais choix dans les moments difficiles, base arrière bien trop inoffensive, les remèdes peinent à venir pour le moment et le “virus” installé au sein de la formation bourguignonne revient par vagues régulières, maintenant le tout dans la morosité et l’incertitude. Pour le moment, Ulrich Chaduteaud sait qu’il peut s’appuyer sur une paire de gardiens régulière (Wassim Helal et Maxime Diot sont tous deux statistiquement à plus de 30% d’arrêt depuis le début de saison), sur une base avant plutôt performante dans laquelle le “vétéran” Marc Poletti fait plus que de la résistance à son poste de pivot (secondé de façon plutôt satisfaisante par Bastien Khermouche), sur des ailiers, Virgile Carrière, Jan Sobol et même Loïs Pasquet qui tiennent très correctement leur rang, sur la débauche d’énergie de ses deux demi-centres (Steeven Bois et Vincent Maguy) même s’il y a trop souvent pas mal de déchets, ces deux jeunes joueurs ayant tendance (ou pas d’autres choix ?) à pallier les carences du jeu collectif .

Marc Poletti est le dijonnais le plus efficace offensivement cette saison © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Même si l’on aime pas stigmatiser un secteur et qu’on aimerait clairement changer de refrain, il faut bien reconnaître que la base arrière ne suit pas et que cela pose un problème à tout l’ensemble. Pierrick Naudin se démène mais n’a plus son rendement des belles années; les trois autres arrières posent de grosses questions : Abdoulaye Mané par ses apparitions fantomatiques (qui font comprendre son peu de temps de jeu) semble pris dans une spirale négative sans fin (15 buts à 1,25/match) ; Lilian Pasquet a eu 1 ou 2 éclairs depuis le début, mais il handicape clairement l’offensive en ne prenant pas les 3/4 des shoots que son jump et son bras lui commanderaient de prendre (16 petits buts depuis le début de saison à 1,45 par match), Théo Laguillaumie est lui aussi insuffisant dans l’apport offensif avec une moyenne de moins de 2 buts par match (21 en 12 rencontres soit 1,75/match)…… Les adversaires n’étant pas stupides peuvent ainsi concentrer leurs défenses sur les points forts dijonnais. On peut se demander si le problème est collectif, dans l’animation du jeu (qui doit normalement permettre d’amener les arrières en position de marquer); ou individuel. Dans tous les cas sans une meilleure efficacité de sa base arrière, le DMH aura toutes les peines du monde à s’en sortir.

Théo Laguillaumie peine à s’exprimer au sein du collectif dijonnais comme l’ensemble de la base arrière © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Massy c’est solide

Massy l’adversaire de ce soir, est une solide équipe depuis plusieurs saisons, qui a plusieurs fois fait l’ascenseur entre la Lidl Starligue et la Proligue. Contrairement à Dijon, elle possède en son sein, l’un des canonniers du championnat en la personne d’Edson Imaré, meilleur buteur actuel avec une moyenne de 6,5 buts par match. A l’aller Dijon l’avait parfaitement muselé durant la première période avant de le voir réciter ses gammes en seconde mi-temps (9 buts au final). Autre arme offensive de choix pour le club de l’Essone l’expérimenté ailier gauche de 33 ans Junior Réault, très régulier saison après saison et encore 5ème buteur de Proligue de l’exercice en cours. Des armes offensives certes, mais aussi une grosse capacité à défendre pour la deuxième défense la plus imperméable jusque là. Massy est repassé devant Dijon au classement lors de la dernière journée, suite à sa victoire 25-22 face à Sélestat; de son côté Nice en battant Saran met également de la pression sur le DMH. Pour le moment 6ème, on aura compris que Dijon devra enfin donner quelques certitudes, livrer une grosse prestation durant 60 minutes, réhabiliter sa base arrière pour qu’elle fasse à nouveau peur et réussir à hausser son niveau de jeu global pour conserver sa place dans le top 6 synonyme de play-offs. Gratiné le programme !!

Le travail ne maque pas pour Ulrich Chaduteaud et l’ensemble du staff dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.