21 avril 2021

Handball : à Cherbourg le DMH a trouvé le bon cap

Les Dijonnais ont marqué les esprits dans la manche © Valentin LEFLAMAND

Décevant depuis la reprise de février après un ebonne fin d’année 2020, le DMH à sérieusement redressé la barre ce vendredi en allant s’imposer avec la manière chez le leader Cherbourg. Vainqueurs 33-39, les Dijonnais reprennent même le goal average particulier après leur défaite à l’aller 24-30. Un déclic pour le club dijonnais ?

Une prestation aboutie

j’ai été le premier à émettre des critiques sur les prestations aussi bien collectives qu’individuelles de ce Dijon Métropole Handball version 2020-2021, pour ne pas souligner avec vigueur, la remarquable partie des homme d’Ulrich Chaduteaud dans le Cotentin. Face à une formation cherbourgeoise, leader au coup de sifflet initail, qui restait sur 6 succès de rang, et que le technicien dijonnais avait lui même qualifié “d’adversaire le plus impressionnant rencontré jusque là dans la Proligue”, le DMH a rendu d’assez loin sa meilleure copie de l’exercice.

C’est bien simple, voici une rencontre durant laquelle, les coéquipiers de Pierrick Naudin, n’auront jamais été mené au score. Mieux, ils n’auront jamais été inquiétés conservant continuellement un matelas leur permettant d’amortir les tentaivres de retour cherbourgeois (sur les 40 dernières minutes le score ne passera jamais en dessous de +4 pour Dijon. Si l’ensemble de la prestation est à mettre en avant, comment ne pas insister sur la performance offensive avec 39 réalisations face à la meilleure défense de proligue, alors même que les difficultés dijonnaises dans ce secteur étaient flagrante depuis la reprise.

Etat d’esprit et tactique au top

Deux choses que je souhaite également mettre en avant, l’état d’esprit irréprochable chez tous les acteurs dijonnais durant 60 minutes et le travail du staff ayant visiblement parfaitement étudié le jeu adverse et ayant mis en place un plan de jeu qui a proprement fait déjouer le leader. En défense l’entraide, l’agressivité, ont été de tous les instants, Dijon coupant aussi régulièrement les lignes de passe adverses. Pas de secret, ce travail de sape a permis de récupérer de nombreux ballons et de lancer un jeu de contre et de transition sur lesquels les Bourguignons ont fait preuve de beaucoup d’efficacité. Paradoxalement on pourrait se dire qu’avec 33 buts encaissés, la défense n’a pas été bonne, ce n’est pas le cas et ce nombre de but s’explique essentiellement par le rythme important qui a duré toute la rencontre.

A l’image de Virgile Carrière, le DMH n’a laissé aucun répis à son adversaire © Valentin LEFLAMAND

Prestation offensive collective de choix

La “révolution” si j’ose dire a surtout eu lieu en attaque. Et ce dans plusieurs domaines, tout d’abord dans la réussite aux tirs. Avec un inédit 71% de succès dans cet exercice, alors même qu’ils auront tiré 55 fois, les artilleurs bourguignons ont fait tourner en bouriques les deux gardiens “normands” que sont Dan Tepper et Sveb Horvat, tout sauf des perdreaux de l’année qui terminent la rencontre à des années lumière de leurs stats habituelles avec respectivement 5 et 4 arrêts. Autre point de satisfaction, l’animation offensive collective. Si l’on retrouve, comme souvent, Steeven Bois ou Virgile Carrière comme meilleur pointeurs dijonnais, il est à souligner que tous les joueurs ont marqué. Surtout, la construction des attaques a été le plus souvent, fluide, avec des course judicieuses, tranchantes et surtout dirigées vers le but adverse, permettant d’ouvrir des brèches dans la muraille cherbourgeoise et de trouver des solutions franches pratiquement sur chaque attaque, d’où l’impressionnant total de 39 buts au final. Bref un secteur dans lequel on avait plus vu une telle maîtrise collective du DMH (seulement 6 pertes de balles, des passes dans le bon temps…) depuis des lustres et qui prouve que ce groupe dispose bien d’un potentiel très intéressant. Comme par hasard les pourcentages de réussite des feux follets Bois et Maguy, parfaitement aidés par le travail de leur coéquipiers sont bien supérieurs à ceux de leur dernières prestations (89 et 80% avec 13 buts au total). La base avant avec 18 buts s’est de nouveau montrée très efficace, parfaitement servie par des arrière au diapason vendredi. Voilà qui va faire du bien à tout le groupe et qui peut (ainsi que le souhaitait ce lundi sur notre plateau Marc Poletti) constituer un déclic.

buts pour Bastien Khermouche et Dijon vendredi dernier © Valentin LEFLAMAND

Programme chargé

En tous les cas, ce DMH a rudement fait plaisir à ces supporteurs, dont je suis, eux qui tout comme les joueurs (premiers concernés) sont souvent restés et frustrés et sur leur faim lors de précédentes prestations.
Alors oui Dijon a réussi son math, ce groupe toujours décrit comme travailleur par le staff s’est récompensé de son travail. Si cela peut lui faire définitivement prendre conscience de ses capacités, lui donner la confiance nécessaire pour enchaîner ce genre de prestations, nous sommes plus que preneurs. On imagine aisément qu’eux aussi et on sera vite fixé, car un autre long déplacement, chez des Niçois (vendredi 19h00) aux portes du top 6 (à 2pts), qui se sont offerts Saran et ont échoué d’un rien face à Pontault en ce mois de février, les attend. Et ce sera tout sauf une ballade touristique sur une promenade des anglais sécouée par les élans de la covid. Tout cela avant 2 matchs en 3 jours à Besançon puis face à Saran, la semaine prochaine !!

Un grand merci à la JS Cherbourg Handball et à son photographe Valentin Leflamand pour la fourniture des photos de la rencontre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.