20 avril 2021

Rugby : le Stade Dijonnais “s’est payé” en dominant Suresnes

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Déçu et frustré par ses denières prestations, le Stade Dijonnais a continué à travailler sérieusement pour récolter les fruits de ses efforts. La récompense est arrivée ce dimanche avec un beau succès face à Suresnes 35-18 avec 4 essais à la clef. Voilà qui fait du bien !

Les photos du match ici celles du match espoirs ici

C’est tous ensemble que les Dijonnais sont allés chercher cette victoire, avec un état d’esprit une nouvelle fois bien présent, ils ont su retrousser les manches dans les moment difficiles, s’encourager, se porter pour aller récolter l’ivresse qui les fuyaient depuis un gros mois.

En équipe face aux vents contraires

Symbôle de la grosse envie du groupe dijonnais sur cette rencontre, la fin de première période. Réduits à 13, contre le vent et venant d’encaisser un essai de pénalité, les coéquipiers de Thibault Dufau, capitaine impeccable dans l’élan donné à ses troupes, se sont serrés les coudes et sont repartis crânement de l’avant allant chercher deux pénalités coup sur coup permettant de revenir à hauteur à la pause (13-13, 40′). Avant celà Dijon avait parfaitement entamé la rencontre marquant sur sa première offensive un ballon joué en première main après un coup franc récolté suite à une mêlée. Thibault Dufau joue rapidement et fixe les premiers défenseurs surenois, le ballon vole de mains en mains, sur toute la ligne arrière, Fuertès, Conduché, Pic et finalement Odiété qui parfaitement décalé conclut. Du bel ouvrage (3-7, 7′). Pourtant les choses se compliquent rapidement. Les visiteurs prennent le dessus en mêlée, Dijon est à la faute. L’impeccale Ford (meilleur pointeur de la nationale) ne se fait pas prier (7-6,11′), les soucis continuent pour le Stade puisque coup sur coup Benjamin Nehme (27′; pas à 10 mêtre sur pénalité)) et Paul Jean (32′ mauvais geste sur un adversaire) sont renvoyés sur le banc pour 10 minutes. On craint alors le “déjà vu” ceci d’autant plus que dans la foulée du carton de Nehme , Suresnes bouscule le pack local en infériorité numérique et se voit accorder un essai de pénalité (7-13, 28′). Si l’on ajoute à cela les sorties sur blessure de Josh peters (25′) et d’Hadrien Vaslin (29′), on ne sent pas les choses tourner du bon côté pour les hommes du président Verney.

Le capitaine Thibault Dufau a souvent dynamisé le jeu en jouant rapidement © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La tête haute à la pause

C’est alors qu’a lieu ce premier sursaut dont on parlait en préambule. Dijon remet la main sur le ballon, s’appliquant à ne pas le rendre à l’adversaire. Mieux l’ovale est utilisé à bon escient en lançant rapidement du jeu et franchissant la défense souvent sous l’impulsion du capitaine dijonnais. Suresnes ne profite donc pas de son avantage numérique, se fait prendre par les initiatives et l’enthousiasme bourguignon à l’image des percées d’Alban Conduché et de Saki sur l’action amenant la dernière pénalité de ce premier acte. Les jouers des Hauts de Seeine encaissent donc ces deux fameuses pénalités de l’inévitable Fuertès (37 et 39′). De quoi booster le moral local daurant la pause d’autant plus que le troisième ligne aile Riley Winter prend à son tour un carton jaune côtéSuresnes cette fois . Pourtant nouvelle douche froide dès le retour des vestiaires, puisque suite à un ballon porté Suresnes envoie le ballon au large, le centre Arthur Proult perce sur 40 m avant de servir sur un plateau son ailier Jean-Baptiste Furster qui marque en coin (13-18, 44′).

Les avants Dijonnais ont largement dominé la seconde période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les “gros se rebiffent”.

Cependant c’est bel et bien Dijon qui a repris la conduite des opérations en cette seconde période. Le 8 de devant a notamment une superbe réaction d’orgueil. Malmené depuis quelques rencontres et en difficulté en première période le packréagit superbement en mettant à son tour à mal les avants adverses, les poussant à la faute et gangnat la bataille de la conquête. Sur une pénalité vite jouée (une de plus) par Otilo Kafotamaki, Jean-Baptiste Pic puis Alban Conduché viennent parfaitement au relais pour déchirer le rideau défensif suresnois, l’action rebondit par deux fois et c’est finalement Kévina Amiot qui refait passer les siens à hauteur sur une passe sautée judicieuse de Thibault Dufau (18-18, 56′). Dès lors Dijon ne lâche plus l’affaire, les avants continuent leur domination, récoltent pénalités et munitions Fuertès fait repasser les siens devant (21-18,64′) avant que Saki sur un superbe mouvement, puis sur une ultime interception ne score par deux fois donnant au score une ampleur plus en rapport avec la domination locale de la seconde période (35-18, 79′).

La joie des Dijonnais après le premier des deux essais de “Saki” © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Voilà une belle victoire pour les Stadistes qui ont dû faire plaisir à leur coach Benjamin Noirot si attaché aux valeurs notamment de combat. Un combat que ses joueurs ont su mener avec beaucoup de coeur tout au long de cette partie, y compris redisons le quand les vents se sont montrés contraires. Re soulignons également une dernière fois la superbe réaction des avants dijonnais qui ont renversé la sitaution en seconde période en se montrant clairement dominateurs. De quoi donner du carburant à ce groupe qui a plutôt rongé son frein depuis début 2021 et qui démontre, si besoin en étaient qu’il ne manque pas ni de coeur ni de talent. Attention la route est encore longue et il ne faut pas s’enflammer, dans 15 jours se dressera devant les Dijonnais une équipe de Narbonne qui s’est clairement refait la cerise depuis son revers à Bourillot fin 2020. Mais sur cette longue route, voilà déjà une belle étape de franchi !

Réactions: Thibault Dufau, Alban Conduché

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.