21 avril 2021

Handball : En dents de scie, le DMH battu à Nice s’en va défier Besançon

Les performances dijonnaises sont un casse tête pour tout le monde !!!

Le parcours du Dijon Métropole Handball ressemble au célèbre sentier de randonnée côte d’orien “Félix Batier) ce dernier coupant les différente combes de la côte de Nuits passe son temps à monter et descendre sans laisser de répit. Le DMH alterne lui le bon et le beaucoup moins bon sans parvenir jusqu’à présent à stabiliser un niveau de jeu de bonne facture. Qu’en sera-til ce soir lors du derby à Besançon, 3ème déplacement de rang pour Dijon ? Mystère.

Franchement les performances dijonnaises ont de quoi laisser pantois et désarçonnés les plus fidèles observateurs et supporteurs dont nous sommes. On avait quitté la troupe d’Ulrich Chaduteaud sur un match enthousiasmant à Cherbourg avec une prestation offensive de premier plan (à 71% de réussite au tir notamment). On espérait tous, et les joueurs en premier lieu, ainsi que nous le confiait Marc Poletti au lendemain de ce match, que cela allait permettre aux Dijonnais d’emmagasiner de la confiance pour enchaîner. Et patatra, une semaine plus tard à Nice on retrouve un DMH à 44% de réussite, qui quiite la côte d’Azur avec un déficit de 9 buts (30-21).

Mal au crâne

Personne n’arrive à s’expliquer cette irrégularité et le coach dijonnais s’en arrache les cheveux “ce qu’on propose à Nice, dans le jeu, dans l’intensité défensive, dans la construction offensive, est dans la lignée de ce que nous avons fait à Cherbourg, à uneexception près : la réussite aux tirs, et pourtant les solutions sont franches. Du coup au lieu de faire la course en tête et d’être en confiance comme la semaine précédente, tu es derrière au score à la pause et frustré” (13-12 Dijon encaissant un 4-0 en fin de période). “En seconde période, on est un peu moins bien en défense, l’écart se creuse et on retombe dans nos travers, perte de balles, précipitation…..” un scénario malheureusement connu et qui donne visiblement des maux de tête au collectif dijonnais, à son staff et à ses dirigeants. Ulrich ne demande pas à ses joueurs d’être au niveau “cherbourgeois” (71%) continuellement mais à minima de maintenir une régularité dans l’efficacité qui permette de travailler et de construire dans la sérénité. Avec 60% d’efficacité Dijon aurait inscrit 29 buts aux Niçois et on avait un tout autre match et bien sur un tout autre score !!! c’est un taux moyen que les Dijonnais sont tout à fait capable d’atteindre régulièrement et c’est ce à quoi il va falloir s’atteler. On ne peut pas gagner des matchs avec 55% de déchets aux tirs, pas en Proligue ! Alors fébrilité ? Fragilité mentale ? contexte déprimant ? Manifestement le groupe n’a pour le moment ni la réponse, ni le remède mais il va falloir trouver.

Ulrich Chaduteaud ne s’explique pas les sautes d’efficacité de ses joueurs

Besoin d’air

Pour le moment Dijon est toujours dans les clous de son objectif initial. 5ème il est dans le wagon play-offs mais le matelas est bien maigre Massy et Nice sont à 1 point, Sélestat à 3. La marge de manoeuvre est faible, le fil du rasoir n’est jamais une position confortable et il y aura de toute façon des décu au terme de la saison régulière. Autant donc se donner de l’air le plus rapidement possible. Normalement ce derby est largement à la portée des partenaires du capitaine Pierrick Naudin, mais attention, un derby n’est jamais un match tout à fait “normal” et de plus on a vraiment du mal à coller ce qualificatif à ce que nous propose le DMH cette saison. A lui de nous faire mentir !

Les Dijonnais auront-ils le sourire ce soir à Besançon ? On l’espère

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.