21 avril 2021

Handball : le DMH remporte un derby “fou” et se tourne vers la réception de Saran.

© GBDH live FB

Sèchement battu vendredi à Nice, une semaine après son exploit à Cherbourg, le Dijon Métropole Handball effectuait un 3ème déplacement en 10 jours ce mardi en se rendant chez le voisin bisontin pour le derby régional. après un début catastrophique, les Dijonnais se sont ressaisis pour l’emporter finalement sur la plus courte des marges (32-33). Pas le temps de souffler puisque Saran, actuel second et attendu en principe ce vendredi au palais des sports.

Avant de penser à ce prochain gros rendez-vous, revenons donc sur cette soirée de derby un peu folle d’hier soir. Des rebondissements, du spectacle et de l’inédit, on a en effet eu droit à pas mal de choses.

1er quart d’heure catastrophique pour Dijon

Et les choses démarrent bien mal pour les hommes du président Desserey. Prenons les 3 premières minutes, Virgile carrière prend une première exclusion de 2 minutes après 40 secondes, dans la foulée on enregistre un tir sur le gardien bisontin, 2 pertes de balle, un tir à côté. Il faudra attendre 3 minutes 30 et une contre-attaque de Kevin Préciado (de nouveau intéressant hier soir) pour que le DMH, alors en supériorité numérique ne débloque son compteur. Heureusement Besanço n’est pas forcément plus réveillé à ce moment du match puis ce but de Kevin est celui de l’égalisation (1-1, 4′). Mais ce sont bien les Bisontins qui vont trouver la bonne carburation les premiers. Avec leur attaque multipliant les mouvements, les courses croisées et les permutations, les locaux parviennent plutôt facilement à mettre la défense bourguignonne hors de position, et se mettent à enquiller les buts. Pendant ce temps, le DMH continue à balbutier en attaque, accumulant les pertes de balles (9 en 15minutes) et devant attendre la 10ème minute pour inscrire son second but sur une initiative personnelle de Steeven Bois. Face à cette difficulté pour prendre en défaut la pourtant attendue défense étagée en 3-2-1 des Bisontins, Ulrich Chaduteaud fait rapidement rentrer Lilian Pasquet et Vincent Maguy en lieu et place de Théo Laguillaumie et Pierrick Naudin (10′). Dans la foulée, il prend un premier temps mort (6-3, 12′). Pas vraiment suivi d’effet puisque 2 pertes de balle et un arrêt de Milos Mosevic plus tard, Adrien Claire porte l’écart à + 6 pour les franc-comtois (9-3, 16′).

Kevin Préciado a montré de bien belles choses avant d’être disqualifié malencontreusement à 10 minutes du terme © SDR

Le réveil sonne enfin

Impossible de conserver un tel déchet durant toute une mi-temps. Sous l’impulsion de la paire de demi-centre Steeven Bois, Vincent Maguy (auteur d’une bonne rentrée), les Dijonnais sont enfin plus cohérent offensivement et parviennent à prendre la défense agressive des bisontins en défaut avec des courses dans le dos des défenseurs avancés, un jeu sans ballon plus dynamique, des passes plus assurées et dans un meilleur temps . De leur côté les francs-comtois accusent un petit peu le coup physiquement. IL faut dire que leurs systèmes de jeu aussi bien défensif qu’offensif sont très énergivore. l’écart se réduit considérablement, même si Besançon garde le rythme en attaque, car Dijon lui a retrouvé une efficacité digne de sa sortie cherbourgeoise (11-6, 19′, 13-10, 23′, 16-15, 28′), notamment sous l’impulsion de vincent Maguy (4 buts en première période) et avec un Kevin Préciado intéressant à la finitin (4 buts également). Wassim Helal sort coup sur coup 2 pénaltys, même si le second est donné à retirer par les arbitres, un défenseur dijonnais étant rentré dans les 9m avant le shoot (du quasi jamais vu en handball !). le DMH a quelques balles d’égalisation qu’il n’exploite pas. Bien revenus dans la partie (avec quand même 13 buts en 14 minutes), les Dijonnais se rendent coupable de la même faute d’inattention que lors de l’ultime action de leur match à Strasbourg. Alors qu’il ne reste que 10 secondes, ils laissent Brice Aillaud poser un uncontre un d’école pour s’engouffrer dans un intervalle et marquer sur le gong, Vincent Maguy écopant même au passage d’une exclusion de 2 minutes.

Mano à mano en seconde période

Autant en première période chacune des deux équipes aura eu son quart d’heure, autant en seconde, les deux formations ne vont pas se lâcher 30 minutes durant, se rendant coup pour coup, après que le DMH est revenu rapidement à hauteur (18-18, 32′). Si Dijon a resserré quelque peu sa défense, ce sont toujours bien les attaques qui s’expriment plutôt bien des deux côtés du terrain (en témoignent les pourcentage de réussit finaux 68% pour Besançon, 69 pour Dijon),ce qui donne une rencontre assez spectaculaire. Côté dijonnais on soulignera, la hargne de Bastien Khermouche en défense comme en attaque (4/4 hier soir) ponctuant chacune de ses actions positives de cris de rage libérateurs. kévin Préciado, LoÏs PAsquet et Steeven bois seront les plus efficaces sur cette seconde période, mais l’ensemble aura retrouvé une expression offensive collective de qualité. La défense, elle aura été mise à mal durant quasiment toute la rencontre et il faudra vite retrouver plus d’agressivité et de liant dans ce secteur pour les futurs joutes à venir. Revenons en à notre derby. Dans les péripéties de cette course poursuite en seconde période, on relèvera la disqualification de Kévin Préciado (52′), pour une faute plus maladroite que méchante, qui vient marcher sur le pied de Xavier Labigang qui prenait son impulsion depuis son aile. A souligner aussi la bonne rentrée de Christopher Corneil, ex dijonnais, auteur d’un 3/3 en 13 minutes face à ses anciennes couleurs. Le score me direz-vous ? Eh bien on arrive à 32-32 à 75 secondes du terme.

Après un début difficile Steeven Bois et les Dijonnais se sont montrés efficaces offensivement © SDR

Dernière minute à rebondissement

Dijon est alors en infériorité numérique suite à l’exclusion de Pierrick Naudin à 2 minutes du terme. Bastien Khermouche s’arrache encore et obtinet un pénalty en même temps que l’exclusion de Brice Alliaud, ramenant les deux équipes à égalité numérique. Marc Poletti se présnete pour exécuter la sanction mais échoue sur le gardien. Loic Gschwind, besançon a alors une première balle de match. Malheureusement pour les locaux  Christopher Corneil envoie une passe directement en touche et Dijon récupère une munition précieuse. Il reste 35 secondes. Ulrich Chaduteaud pose un temps mort pour définir la combinaison d’attaque; Loïs Pasquet est bien décalé par la base arrière dijonnaise sur son aile et le jeune ailier ne se rate pas (32-33). L’attaque a peut-être été juste un peu trop rapide puisque Besançon dispose encore de 13 secondes pour égaliser, Dragan Zovko prenant à son tour un temps mort. Il décide de sortir son gardien afin d’attaquer à 6 contre 5. Mais alors que Luka Brkljacic pose un schwenker, potentiellement gagnant, le jeune duo arbitral lui siffle un marcher à nos yeux extrêmement discutable, offrant par le même coup la victoire à Dijon. Tant mieux pour le DMH qui aura eu le mérite de réagir dans cette rencontre bien mal engagée et qui engrange deux points très précieux permettant de conforter la position dans le top 5. Il faudra cependant sans doute montrer tout autre chose en défense notamment face au gros morceau saranais qui s’annonce vendredi (en espérant que le covid qui a contraint Saran à ne pas disputer les deux dernières journées ne s’invite pas malencontreusement). Mais allez savoir, ce DMH est tellement déroutant.

Ulrich Chaduteaud aura encore eu une partie mouvementée © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.