21 avril 2021

Handball : ça ne le fait pas pour le DMH face à Saran

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Face à une équipe de Saran amputée d’une bonne partie de sa base arrière habituelle, le Dijon Métropole Handball aura eu sa chance dans ce match, mais les maux habituels des Dijonnais, les ont empêchés d’aller cherhcer un succès qui aurait pourtant fait du bien.

Une nouvelle fois le Dijon Métropole Handball va terminer une rencontre frustré. Ca une nouvelle fois, il avait largement les moyens de l’emporter face à une équipe de Saran qui a certes joué sérieusement, mais pas forcément géniale et surtout pas forcément supérieure. Devant au score durant les 15 minutes initiales de la seconde période, les hommes d’Ulrich Chaduteaud, n’ont une fois de plus pas réussi à enfoncer le clau et se sont fait rejoindre puis dépasser au cours d’un money time, de nouveau malheureusement raté.

Retard à l’allumage

là encore c’est malheureusement du déjà vu mais, comme mardi à Besançon, Dijon rate totalement son début de match. génés par la défense 1-5 proposée par l’adversaire (à laquelle Ulrich Chaduteaud avouait après match qu’il ne s’y attendait pas), les dijonnais accumulent les pertes de balle (3 en 5 minutes) et les tirs sur le gardien adverse, donnant autant de ballon de contre à des SAranais qui ne se font pas prier pour prendre la pourde d’escampette (1-4, 6′). Cela aurait même pu être pire sans deux arrêts monstrueux de Wassim Helal sur pénaltys qui ont le mérite de réveiller quelque peu ses coéquipiers. Dijon répond maintenant coup pour coup avec ses hommes forts du moment (Maguy Bois et Préciado) mais perd toujours trop de ballos et les visiteurs maintiennent leur trois buts d’avance (7-10, 20′). Ulrich Chaduteaud dégaine son premier temps mort.

les exploits de Wassim Hela surles pénaltys adverse n’auront pas suffit © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un “arrêt technique” extrêmement profitable puisque sous l’impulsion d’un steeven bois de feu et une défense solide qui gène l’attaque adverse, Dijon passe un 5-0 en 6 minutes malgré un temps mort pris cette fois-ci par Saran (12-10, 26′). Saran semble à la peine et Dijon a les ballons pour enfoncer un premier claou avant la pause. Las trois ballon bêtement perdus en 3 minutes et c’est sur un score nul que les deux équipes rentrent aux vestiaires à mi parcours (14-14, 30′).

Le DMH n’arrive pas à creuser l’écart et se fait coiffer sur le fil

Dijon reprend rapidement deux longueurs d’avance (16-14, 33′). De nouveau les Dijonnais ratent le + 3 suite à une perte de balle puis un arrête de Gauthier. Wassim Helal a beau sortir un troisième pénalty, l’ancien Semurois Masira Sacko ramènent Saran à hautuer (16-16, 35′). une séquence qui va se répéter plusieurs fois durant un bon quart d’heure, Dijon prenant le plus souvent une ou deux longueurs d’ avance (18-16, 19-17, 20-18, 21-19) mais ne parvenant jamais à distancer vraiment un adversaire s’appuyant énormément sur son impressionant pivot Hadrien ramond, dévastateur au coeur de la défense dijonnaise, marquant mais surtout obtenant pléthore de jets de 7m (8 au total ! Wassim Helal ne pouvant tous les stopper; 4 tout de même !). A partir de 21-21, les deux équipes prennent les devants d’un petit but à tour de rôle et on en arrive au money time avec un petit but d’avance pour Dijon (27-26, 57′) suite au 7ème but personnel de Steeven Bois. Et puis deux tirs stoppés par Nicolas Gauthier, donnant deux balles de contre gagnant à Saran, une dernière perte de balle des dijonnais pressés par le chrono et tous les espoirs étaient réduit à néant (27-29, 60′). Même si l’on sait que rien n’est facile dans ce championnat de Proligue, le DMH, trop fébrile dans les moments clefs, ne se rend pas la tâche facile.

Steeven Bois et Dijon ont laissé passer trop d’occasions dans cette rencontre © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La réaction d’Ulrich Chaduteaud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.