21 avril 2021

Rugby : une première victoire bonifiée pour le Stade Dijonnais face à Blagnac

Face à Blagnac, un adversaire que l’on redoutait et qui restait sur 3 victoires hors de ses terres, le Stade Dijonnais a su jouer une juste partition, notamment en seconde période, pour s’offrir les 5 points de la victoire bonifiée (39-15)

Voilà donc un second succès de rang à la maison pour le Stade Dijonnais. Et de nouveau la manière est là .Après les 4 essais passés à Suresnes, les Stadistes ont remis le couvert pour 5 réalisations de belle facture face à des Caouecs (ndlr nom des habitants de Blagnac) qui ont baissé de pied en seconde période.

Premier acte équilibré

Car à la pause, rien n’est fait. Si Dijon possède bien un petit point d’avance (13-12), ce sont les visiteurs qui sont devants au nombre d’essais marqués (2-1). Ils n’ont d’ailleurs pas traîné, puisque ils marquent sur leur première offensive. Suite à plusieurs temps de jeu, le demi d’ouverture Ugo Seunes, joue astucieusement au pied pour son troisième ligne centre Matthieu Bonnet en position … D’ailier qui déflore donc la marque (5-0, 10′), la transformation étant râtée par Seunès. Du bel ouvrage qui n’ébranle pas les locaux pour autant. Rivalisant en conquête, les Dijonnais viennent régulièrement dans le camp de Blagnac et en zone de marque . Pénalisés les visiteurs sont sanctionnés par deux fois par la botte du buteur maison Anthony Fuertès (6-5, 23′). On sent Dijon capable d’inscrire un essai mais pour le moment c’est encore trop imprécis. Et c’est au contraire Blagnac qui va repasser la ligne, sur le genre de mouvements que l’on craignait avant match. Les avants du manager Christophe Deylaud (multiple champion de France avec Toulouse et demi finaliste de la coupe du monde 1995 avec l’équipe de France) mettent l’ovale au chaud et avancent sur plusieurs mètres pour permettre au deuxième ligne Vincent Mutel de parachever l’ouvrage (6-12, 27′). Touchés les Dijonnais ? Que nenni, dans ce premier acte où l’on se rend coup pour coup, la réaction des rouges et bleus est immédiate. Et, mouvement assez inédit depuis le début de saison, c’est un superbe maul pénétrant de près de 30 mètres qui chamboule le pack couec et qui est conclut comme un symbôle par le piler Quentin Pointud, ex de la maison adverse du jour (13-12, 31′). Si les joueurs de Haute Garonne terminent fort cette première période, la défense dijonnaise fait bonne garde et ne rompt pas préservant son maigre avantage à mi-parcours.

Thibault Dufau et les Dijonnais ont lancé beaucoup de jeu © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Le Stade lâche les chevaux

Le scénario de la seconde partie du match va être tout autre. Après un petit quart d’heure de chauffe, les Stadistes enclanchent la marche en avant. Comme souvent Thibault Dufau allume l’étincelle et emmène la cavalerie dans son sillage. Stoppée une première fois l’action rebondit, traverse le terrain de droite à gauche où l’on trouve le jeune arrière Enzo Marzocca intercalé. Repris à quelques mètre de la ligne, il tente une passe chistéra d’une main qui trouve Thibault Dufau (peut être avec un en avant) qui conclut ce superbe mouvement dijonnais (20-12′ 55′ après la transforamtion d’Anthony Fuertès). Blagnac repart alors à l’assaut du camp dijonnais et multiplie les temps de jeu. Coupable d’un placage haut, Florian Desbordes est envoyé au placard pour 10 minutes et le demi de mêlée visiteur Gérald Augustin ramène l’écart à 5 points (20-15, 62′). Réduit à 14, le stade va-t-il craquer ? Eh bien non, bien au contraire. Là encore la réaction est quasi immédiate. Sur une touche sur les 40 m de Blagnac, Jean Paul, fraîchement rentré cueille le ballon puis provoque un point de fixation. Après un balayage latéral,aller retour du terrain,on retrouve ce même Jean Paul pour échouer à une encablure de la ligne. Qu’importe, en filou, Thomas Sylvestre récupère l’ovale et plonge en coin pour le troisième essai dijonnais, Qu’Enzo Marzocca (après la sortie de Fuertès remplacé en 10 par….Lucas Liabot, Alban Conduché rentrant au centre) ne transforme pas (25-15, 65′). Toujours en infériorité, Dijon enfonce même le clou 3 minutes plus tard. Sur une touche dans ses 10 mètres suite à un subtil coup de pied d’Alban Conduché, Blagnac veut jouer rapidement, mais se loupe complètement. La punition est immédiate avec le capitaine Khaja Majola à la conclusion. Cette fois Marzocca fructifie et le Stade s’envole 32-15, 68′). 14 points inscrits à 14 contre 15 !

Une bonne première titularisation pour Enzo Marzocca © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Bonus !!

Et Dijon va même aller chercher le fameux bonus offensif, sur une tentative de relance de Blagnac, le ballon tombe à terre et Axel Ducellier tape au pied vers l’embut adverse, Jean Paul encore lui est stoppé dans sa course par un croche pattes volontaire du troisième ligne aile Lilian Cugier, logiquement prié de regagner prématurément son banc par l’arbitre. Sur la pénaltouche qui s’ensuit Thomas Sylvestre revient petit côté après deux temps de fixation des avants où Romain Gauthier sert sur un plateau JeanPaul, décidément très en vue depuis son entrée en jeu pour l’essai du bonus offensif, transformé par ….. Alban Conduché ! de l’inédit à tous les niveaux. (39-15, 80′). On le sent depuis quelques temps, le stade, sans doute libéré de la pression d’une éventuelle relégation, joue plus libéré. Le spectacle la qualité de jeu et les essais sont de retour à Bourillot. Qui s’en plaindra ? On attend plus évidemment que le public pour que la fête soit à nouveau complète.

Des essais, des sourires, voilà les dimanche de rugby tels qu’on les aime © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.