13 juin 2021

Handball : Un avant-goût de barrage amer pour le DMH battu par Nancy

A l'image de Loïs Pasquet (5/5 au tir), le DMH a proposé de bonnes choses mais a encore manqué de constance. ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Au terme d’un match rugueux lors de cette avant-dernière confrontation avant la phase finale de Proligue, le DMH tombe encore dans ses travers et s’incline à domicile face à Nancy, son futur adversaire des barrages (29-30). Suite à ce revers, le club dijonnais finit officiellement sa saison régulière à la 6ème place et affrontera donc cette même équipe dans l’espoir de s’inviter à Créteil le 29 mai prochain.

Une partie tout de même serrée

Comme l’atteste le score, les deux équipes ont été au coude à coude tout au long du match: le plus gros écart étant pour les Nancéens (+3). Mais le club Meurthois a mené durant presque la totalité de la rencontre au dépend de Bourguignons, présentant leurs trous d’air traditionnels, et qui ne parviendront pas à s’imposer malgré des égalisations, dans la douleur, au cours de la partie. Pourtant les dijonnais ont démarré le match de la meilleure manière possible par l’intermédiaire d’un superbe mouvement collectif conclu par l’ailier Jan Sobol (0’35) pour être devant au score (1-0, le seul moment où ils le seront d’ailleurs). Néanmoins Nancy a vite répondu et jamais on n’aura senti le DMH capable de reprendre franchement les rennes de la rencontre malgré de nombreuses opportunités et une fin de match tendue (29-29 à 59’22).

Luka Groff trouve une solution de tir au cœur de la défense dijonnaise © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Beaucoup de nervosité et d’erreurs dans le camp dijonnais

Pertes de balle évitables, beaucoup (trop) de 2 minutes, contestations envers les arbitres, tirs ratés, le DMH est de nouveau tombé offensivement dans ses travers en nous proposant le meilleur (à l’instar des contre-attaques efficaces de Loïs Pasquet), comme le pire (marché de Lilian Pasquet sur une montée de balle pour égaliser en fin de match (51’21)). Le club dijonnais a en effet présenté un visage trop instable pour espérer sortir victorieux de ce match mais a cependant perdu par la plus petite des marges, ce qui peut laisser des regrets. Il ne faut donc pas tout jeter de cette partie: avec tout de même 29 buts inscrits, la copie rendue par les côte-d’oriens reste intéressante mais clairement insuffisante. Comme le souligne le coach Ulrich Chaduteaud laprès match : “on fait beaucoup trop d’erreurs et malgré tout ça on finit à un but. Il faut qu’on corrige ça mais à un moment donné il faut que les joueurs se reprennent en main […] on a beaucoup trop donné“. Et c’était bien ça le problème majeur hier soir: trop de maladresses, trop de nervosité envers l’arbitrage (la grosse cravate de l’islandais Elvar Asgeirsson à la 22ème n’ayant pas aidé à calmer les hostilités) face à des nancéens accessibles qui n’en demandaient pas tant. C’est dommage.

Des fragilités défensives

Le pourcentage au tir de Nancy (73%) est une donnée révélatrice de cette faiblesse défensive; le DMH a encaissé 30 buts hier soir ce qui est encore beaucoup trop. On devra notamment attendre la toute fin de première mi-temps pour voir un arrêt dijonnais (29’43!!). Le gardien tunisien Wassim Helal n’était malheureusement pas dans un grand soir (0/9 arrêt) et son coéquipier Maxime Diot n’a pas été décisif (7/28 arrêts). Mais il faut aussi dire que leur défense ne les a pas non plus aidé avec un festival de sanctions et de 5 jets de 7 mètres concédés aux nancéens en première mi-temps. Le premier par le capitaine Pierrick Naudin dès la 3ème minute que Yann Ducreux se fera un plaisir de convertir en but. Le bon réveil défensif en début de seconde période sera vain et le tir de la victoire à 9 mètres du demi-centre Marius Randriantseheno (mesurant 1m76…) dans les dernière secondes viendra stopper toute perspective de victoire dijonnaise.

Maxime Diot impuissant face à l’ailier Romain Peltier © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Que dire désormais. Les play-offs arrivent à grands pas et le tir doit être impérativement rectifié pour cette équipe dont nous connaissons le potentiel mais qui offre encore trop d’opportunités à ses adversaires. Les hommes d’Ulrich Chaduteaud retiendront-ils enfin la leçon pour cette phase finale? Réponse vendredi et surtout le 19 mai prochain…

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.