24 septembre 2021

Basket : JDA Dijon-A.S. Monaco Basket: Un nouveau départ, tout 9

Laurent Legname et ses joueurs ont réalisé un énième exploit © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Après la grosse désillusion à Pau, beaucoup imaginaient une déroute lors de la réception du leader et champion d’Europe Monaco. Alors que s’ajoutait à ce choc l’annonce du départ de Gérald Robinson certains s’inquiétaient déjà non seulement pour le score de mercredi soir mais aussi pour le reste de la saison. Héroïque, transcendée, cette JDA a réalisé, avec ses neuf joueurs du début de saison, le match de l’année en l’emportant

Si elle avait très largement prouvé depuis le début de saison qu’elle avait un mental et bien d’autres qualités, ce match restera comme une référence où on a vu comme jamais l’état d’esprit si propre à la Jeanne ces dernières années. Sans que cela ne soit gage de succès futur, cette rencontre marque très clairement un nouveau départ pour le reste de la saison avec deux certitudes : ces Dijonnais sont capables de battre les meilleurs et peuvent nourrir des ambitions.

Premier succès en championnat contre Monaco depuis la saison 2015 dans un match d’anthologie

La rencontre contre Monaco n’était pas simplement une affaire de choc  entre le premier, vainqueur de l’Eurocup et le deuxième. Il y avait aussi une petite portée historique à double titre : depuis la saison 2015/2016, la JDA n’avait réussi à battre Monaco qu’une seule fois en championnat. Et dans son histoire récente, son dernier succès avait été retentissant puisqu’il avait permis aux hommes de Laurent Legname de se hisser en finale de leaders cup avant de ramener le trophée à Dijon. Au regard des dernières semaines et en particulier de la défaite à Pau, sans parler de succès, au moins une réaction était attendue au palais des sports. Voir ce groupe retrouver des valeurs et une justesse qui lui avaient fait défaut à Pau et donné quelques sueurs froides lors de ces derniers succès. Si l’annonce du départ de Gerald Robinson le jour même du match pouvait inquiéter, il était aussi clairement le signe que tout ne se passait pas comme on l’espérait au niveau du groupe. Avec plus de 10 points de moyenne par match l’ancien numéro 4 dijonnais ne pouvait être sorti du groupe uniquement pour des raisons sportives mais bien parce que ce groupe ne vivait pas aussi bien depuis son arrivée. Si ce ne sont que des suppositions (basées notamment sur le schéma de l’éviction de Young la saison passée pourtant intéressant sur le parquet) et non des informations, force est de constater que l’équipe a montré un visage bien différent de celui de  ses dernières sorties. Aux interrogations légitimes que nous pouvions néanmoins avoir avant la rencontre, la réponse, éclatante sera finalement donnée dans les deux premières minutes. La JDA ne met pas le moindre panier mais est clairement là, au combat, déterminée et ne laisse pas non plus respirer une équipe de Monaco qui est également incapable de mettre le moindre point. Après deux minutes, tout peut arriver victoire, défaites, mais peu importe ! Les hommes de Laurent Legname  sont clairement au rendez-vous et font d’ores et déjà plaisir à voir. Un plaisir qui ne retombera jamais tout au long de la rencontre, au contraire ! S’il faut saluer les énormes qualités de Monaco et l’adresse voire de la classe de certains joueurs comme Rob Gray, capable de shoots improbables, le collectif dijonnais qui fait très bien vivre le ballon va faire douter le leader au fil des minutes.

Chase Simon a été énorme tout simplement © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Devant avec trois longueurs d’avance à la fin du premier quart-temps la JDA va trouver l’énergie pour creuser un peu plus l’écart avant la pause (48–38) s’appuyant notamment sur un Simon de gala et déjà hauteur de 15pts. Si la Jeanne connaît un petit retour des vestiaires et voit son adversaire revenir, elle va de suite remettre un coup de collier pour maintenir son avance et ne pas laisser place au doute. 6 points d’avance pour Dijon avant la dernière ligne droite… Dernière ligne droite qui sera un chemin des plus accidentés: Monaco semble trouver un second souffle quand la JDA, tout en étant toujours très volontaire, semble marquer le pas, ne trouvant notamment plus de solutions offensives et s’en remettant de plus en plus à des exploits personnels. Lorsque Monaco, à deux reprises, passe devant, on ne peut s’empêcher d’imaginer la JDA craquer et laisser filer une rencontre qu’elle aurait mérité de gagner. Mais voilà cette JDA avec un cœur énorme (et pas que!), était bien décidée à aller au bout de l’exploit et en s’appuyant, entre autres, sur un David Holston toujours aussi Clutch, elle va finir par faire définitivement la différence dans les deux dernières minutes du match. Finalement, il était peut-être aussi bien que cette rencontre se joue à huis clos car les murs du palais auraient sûrement lâché sur les deux 3 points de David Holston, et ses merveilles de passes pour Chassang et Simon. L’autre  magnifique symbole de cette fin de match sera aussi ces rebonds offensifs, captés par une JDA ultra combative que rien ne pouvait dévier de son plan et de ses objectifs.

Analyse / explications du succès

  • Tout le monde s’y est mis: À part peut-être Johnson pour son manque d’apport offensif, tous les joueurs ont été impliqués dans le succès de Dijon. Une implication marquée par des joueurs constamment en mouvement que ce soit sur les phases offensives que défensives et une circulation de balle qui amènera à pas moins de 20 passes décisives pour Dijon (vs 9 à Pau) contre 15 du côté de Monaco.
  • L’activité défensive aura été globalement exceptionnelle : Face à la belle agressivité de la JDA, Monaco a constamment été embêté pour trouver des positions de shoot idéales et est souvent revenu grâce à des gros shoots peu évidents.
  • Le mental du groupe à lui aussi été énorme : il y avait beaucoup de tensions mercredi soir tant sur le parquet que sur le banc (Mitrović méritant de rejoindre les vestiaires dès la première mi-temps). À cette tension il fallait avoir les nerfs solides pour gérer au mieux la fin de rencontre. Loin de s’en laisser conter par des joueurs qui sortaient pourtant de combats acharnés en coupe d’Europe ils ont pris le dessus psychologiquement. Très fort.
  • Simon exceptionnel : c’est sûrement sa plus belle perf contre Monaco compilant pas moins de 27 points, basés sur une très belle alternance de jeu (4/5 à 2pts et 4/7 à 3points)’ Après sa débauche d’énergie pendant tout le match, il a su garder beaucoup de sang-froid pour mettre ses trois lancers francs à deux minutes de la fin…
  • Quand Chassang refait ton intérieur: certes, Alexandre Chassang a pu bénéficier une ou deux fois d’erreur de switch de la défense monégasque l’amenant notamment à se retrouver en un contre un face à Gray et a parfois trop tenté à 3 points (4 tentatives); mais tout cela est anecdotique tant il avait un combat énorme à livrer face à Lessort notamment et qu’il en sort grand vainqueur. Combattif, puissant, toujours bien placé, le Dijonnais était dans un grand soir! Dans le Money time, c’est lui qui va récupérer un ballon offensif pour donner trois longueurs d’avance à Dijon et se mettre en position idéale pour l’offrande d’Holston, copier/coller de l’action de fin de match en finale de la Leaders Cup.

Alexandre Chassang était en habit de gala face à Monaco © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

  • David Holston, roi de la fin de match mais pas que : avant le dernier quart-temps, le génial meneur dijonnais n’avait inscrit qu’un seul point sur un lancer consécutif à une faute technique monégasque et avait raté ses 6 tentatives. Mais son 10 d’évaluation montrait qu’il était bien dans le match. En effet il avait tout simplement caviardisé ses coéquipiers à 9 reprises en 30 minutes et avait contribué à la belle prestation de son équipe. Il ne lui restait donc plus qu’à marquer. Le prince du MoneyTime va alors encore frapper : dans les derniers instants la rencontre ses deux 3points vont permettre à la JDA de repasser devant Monaco à chaque fois. Loin de s’arrêter là il profitera aussi des 10 dernières minutes pour distribuer quatre passes décisives supplémentaires. Au final, il aura été responsable de quasiment 60 % des passes décisives de son équipe et termine avec la deuxième meilleure évaluation dijonnaise.
  • Galliou encore facteur X : l’ancien de l’ASVEL a été extrêmement précieux. Toujours combatif en défense, il a su convertir les quelques shoots qu’il a eus. Bien placé dans le corner il a rentré ses trois tentatives à 3 points pour terminer avec 9 points et 11 d’évaluation.
  • Les lancers francs parmi les juges de paix de la rencontre : Monaco Plus adroit à 2 points (64% de réussite à 55% pour la JDA) a rentré trois paniers de plus que la JDA qui au contraire s’est montrée bien plus adroite à 3 points (48% contre 39%) et mis un panier de plus. Si on ne s’en tenait qu’à cela, Monaco l’emportait de 3points. Mais il y a eu des lancers francs. Entre une belle agressivité offensive et des techniques côté Monaco, la Jeanne a bénéficié de 21 lancers francs contre 17 du côté de Monaco et s’est surtout montrée bien plus adroite que son adversaire terminant avec 80 % de réussite contre moins de 65 % pour les monégasques. Résultats: six points en plus pour la JDA qui l’emporte donc de 3 points. Au-delà de l’aspect chiffré cela renforce encore l’idée que les Dijonnais ont fait preuve d’une force psychologique et d’un mental supérieurs à ceux  de Monaco.
  • Laurent Legname s’est très largement appuyé sur son cinq majeur : le technicien dijonnais nous avait très souvent habitué à équilibrer le temps de jeu. Mercredi soir il s’est essentiellement appuyé sur son cinq de départ dont aucun joueur n’a joué moins de 25 minutes. Il a surtout constaté que c’était par lui que la victoire viendrait : le 5 majeur inscrivant pas moins de 81% des points de l’équipe.

C’est une victoire de prestige et certainement bien plus. Car cette rencontre face à l’armada monégasque a pris des allures de second souffle pour ne pas dire de nouveau départ. Nul ne sait jusqu’où pourra aller cette équipe, mais ce qui est certain c’est qu’en s’appuyant sur la même énergie, solidarité et envie, elle fera toujours plaisir à voir et peut voir loin. À court terme elle aura déjà rempli de joie et de fierté le cœur de tous les supporters

La JDA n’en finit plus de faire vibrer ses fans © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.