18 octobre 2021

Basket : JDA Dijon – Limoges CSP : le Palais réenchanté

La JDA a décroché face à Limoges son 22ème succès de la saison , son 4ème de rang en 10 jours © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Ce 20 mais 2021 n’était pas seulement synonyme de la réception du CSP Limoges. Il marquait aussi le retour du public pour un match de la JDA Basket. Si nous sentions bien qu’il ne s’agissait pas encore de l’atmosphère des grands soirs, les quelques 800 chanceux autorisés à garnir les gradins du Palais appréciaient ce retour et le contact direct avec leurs joueurs qu’un écran avaient trop séparés ces derniers temps. Des retrouvailles réussies ponctuées d’une 22ème victoire en jeep élite (75-70)

Et à 800 il se passait bien quelque chose.

A 800, les habitudes, les chants reprenaient rapidement leurs droit avec l’aide d’un Alain De Senne heureux d’avoir du répondant en tribunes. Oui, malgré une affluence réduite, le plaisir de se retrouver entre supporters et joueurs étaient bien là. Et les hommes de Legname avaient bien l’intention de célébrer comme il se doit ces retrouvailles. Sérieux, agressifs, ils asphyxient un CSP qui se prend les pieds dans une défense verrouillée et une attaque bien huilée : résultat, ils inscrivent 19 points dans le premier quart temps et laissent tout juste 5 points à leurs adversaires. La «balade» continue dans le 2ème et permet aux Dijonnais de rejoindre les vestiaires avec 21 points d’avance. Exceptionnels notamment à 3 points avec plus de 53% de réussite à la mi-temps, ils donnent l’impression d’un Limoges mauvais dans l’exercice alors même que le CSP est à un honorable 38%. Mais que ce basket est beau! Au milieu de cette réussite longue distance, d’une défense de fer, plusieurs actions d’éclats parachèvent le spectacle comme ce alley-opp entre Holston et Johnson ou le dunk rageur d’Axel Julien qui prenait sa revanche sur celui raté contre Orléans. Aussi, dans pareille situation, avec un tel écart, le sursaut de l’adversaire associé à une classique décontraction est redoutée. Si les premières minutes du 3ème quart sont rassurantes, la réussite va changer de camp et le CSP, qui a le mérite de se battre, ne vas pas laisser passer l’occasion de réduire l’écart. Symbole de ce 3ème quart: le CSP est à près de 63% à 3 points quand la JDA tombe à un tout petit 25% de réussite. Moins dans le coup en défense, la JDA voit le CSP revenir à 8 petits points avant les 10 dernière minutes. De quoi craindre un match du Mans à l’envers. Mais la Jeanne, comme si souvent cette saison, ne paniquait pas et réajustait le tir dans le dernier quart, bien aidée par quelques gros paniers de Simon, Johnson ou Galliou et une défense retrouvée. Finalement, le petit coup de stress n’aura pas duré bien longtemps et on voyait une équipe tueuse, capable de remettre le coup d’accélération au bon moment pour s’adjuger un 22ème succès.

Supporteurs et joueurs étaient ravis de se retrouver © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Analyse/Explications du succès Dijonnais:

  • La défense: nous avions noté que ce serait le meilleur argument de la JDA face à la plus mauvaise attaque du top 8. En laissant Limoges à 25 points à la mi-temps le gros du travail était fait. Dans le 3ème quart, si la réussite dijonnaise était moins bonne face, il faut le reconnaitre à un bloc limougeaud mieux en place, le come-back du CSP est surtout lié à une défense dijonnaise qui a levé le pied et encaissé 27 points sur ce seul quart temps soit plus que sur toute la première période! Mais la solidité retrouvée dans le 4ème a fait la différence. Illustration de cette belle défense, les 12 interceptions de la Jeanne et les 22 balles perdues de Limoges!
  • La réussite pour Limoges qui termine avec une meilleure évaluation: A côté pendant les premières minutes, Limoges était bien plus dedans sur les 20 suivantes. A titre d’exemple, le CSP sera à plus de 56% à 3 points en 2ème mi-temps contre 38% sur la première. Plus globalement, Limoges termine avec une meilleure adresse à 2 points que la JDA (57% contre 48%) comme à 3 points (plus de 48% contre 43%). Mais l’activité défensive de la Jeanne va notamment lui permettre de prendre plus de shoots à 2 points. Au final, Limoges termine avec une évaluation globale de 86 contre 85 à la Jeanne.
  • Les lancers-francs: Non, la JDA n’a pas bénéficié de davantage de coups de sifflets que Limoges (19 fautes sifflées contre la Jeanne contre 18 à Limoges) mais elle est allée chercher (et commis) les «bonnes» fautes, en particulier sur des positions de shoots lui donnant des lancers francs. Résultat, les hommes de Legname se sont retrouvés à 15 reprises sur la ligne contre 6 au CSP! Avec 13 tentatives converties contre 4 à Limoges, la JDA a su faire la différence avec les lancers.
  • Un succès acquis à l’extérieur: Le petit bémol de la soirée vient du manque d’apport offensif du secteur intérieur. Les intérieurs dijonnais ne scorant que 12 points soit 16% du total de la JDA. Sans une belle réussite notamment à 3 points, le match aurait pu avoir une toute autre physionomie.
  • Une victoire de groupe: avec 5 joueurs à 10 points ou plus, Laurent Legname et son staff ont pu s’appuyer sur l’apport de plusieurs joueurs et le danger a pu venir de partout quand Scrubb et Lang, les deux seuls joueurs Limogeauds au-delà des 10 points ont concentré 50% des points de leur équipe.
  • Galliou MVP! Si Simon, MVP logique pour la LNB avec ses 18 d’évaluation, a encore sorti une jolie perf, si Holston, Johnson ou encore Julien méritent la lumière, celle-ci doit particulièrement être braquée sur Charles Galliou. Très propre avec ses 62,5% de réussite, le poste 3 dijonnais a pris ses responsabilités en attaque, shootant à 8 reprises et convertis des tirs importants. Il a surtout tenté et réussi à 3 points avec un joli 4/7 soit plus de 57% de réussite. En parallèle, pas visible dans les stats, il a encore été très bon en défense. Il termine avec 14 points, record en carrière et un 15 d’évaluation qui est sa meilleure performance de la saison (avec celle contre le BCM). Une performance qui a compté pour notamment pallier les «sous-performance» de Vanwijn ou Chassang
Charles Galliou a été très précieux ce jeudi © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

.Le Palais voulait fêter ses retrouvailles avec ses joueurs et il aura été servi! Dans une belle ambiance, on sentait qu’il fallait retrouver ses marques à l’image de joueurs qui allaient un instant quitter le parquet sans faire le banc-bourguignon. Mais il a bel et bien raisonné dans un Palais qui avait définitivement repris vie grâce à une équipe qui est bel et bien décidée à avancer et à toujours tout donner.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.