18 octobre 2021

Handball: Ulrich Chaduteaud, coach du DMH: “c’est dur à encaisser”

Ulrich Chaduteaud nous donne sa rétrospective de ce dernier match face à Nancy et plus largement de la saison © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Au lendemain d’une fin de saison frustrante pour le DMH, le coach Ulrich Chaduteaud nous a accordé son temps pour une rétrospective de la saison. Il nous a donné son ressenti sur ce dernier fameux match face à Nancy et plus largement son bilan de la saison et les objectifs de la saison à suivre.

Dijon SportNews: On est deux jours après un match frustrant, avec une belle victoire du DMH mais malheureusement insuffisante, peux-tu nous donner ton ressenti sur cette partie?

Ulrich Chaduteaud: C’est difficile, même deux jours après. On a du mal à s’en remettre. C’est la pire élimination, on est éliminé pour une histoire de buts marqués à l’extérieur. C’est la deuxième fois sur les trois dernières années (sans compter la saison Covid). C’est terrible, on sait que c’est à cause de détails qu’on ne passe pas, c’est de notre faute et c’est une grosse frustration. En plus de ça le match a été extrêmement compliqué à préparer avec les problèmes liés au Covid: à pas savoir quand est-ce qu’allait être placé le match, pas pouvoir s’entraîner collectivement, pas pouvoir bien préparer ce match.

Surtout que vous allez aussi à Nancy avec 5 absents, pour raisons Covid ou blessures

Oui mais après j’ai pas envie de me cacher sur ces absences. C’était difficile parce qu’on avait 3 jours pour préparer ce match. C’était difficile parce que la veille encore on était pas sûr de jouer lundi soir, le samedi on avait encore décelé un cas Covid. Le matin du match, à 8h30, on était dans une pharmacie pour passer des tests antigéniques pour être sûr qu’on était pas porteur, c’était vraiment compliqué avec beaucoup de pression. Et du coup, de voir les joueurs s’exprimer comme ils se sont exprimer, de faire un gros match pour être à +7 à Nancy… fallait être solide.

C’est vrai que ça se joue pas à grand-chose, vous êtes encore qualifiés virtuellement quelques minutes avant la fin, c’est dommage

C’est ça et là est notre frustration. De se dire qu’on a vécu ce truc vraiment catastrophique, qu’on a tout donné et à l’arrivée il n’y a pas la cerise à cause de détails. Après les détails je peux en donner plein. C’est le dernier but encaissé ici de Marius Randriantseheno (match aller, 27-29) qu’est pas normal, les deux minutes de Marco (Marc Poletti) dans les 4 dernières minutes (match retour), un tir raté par-ci un tir ouvert raté par-là. Et c’est ce qui fait la différence.

Marius Randriantseheno, bête noire des fins de match dijonnaises. ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

On peut souligner que cette défaite se joue aussi sur les deux matchs et pas seulement le retour, Nancy vous a quand même bien fait déjouer à l’aller

Eux ils ont fait un match vraiment très bon à l’aller, ils font pas d’erreur. C’était mon argument par rapport à mes joueurs: c’était impossible qu’ils refassent ce genre de match. Et de notre côté on avait fait trop d’erreurs, donc on savait qu’il y avait cette possibilité de se qualifier sur ce match retour. Même si tout le monde nous voyait éliminé et parlait d’exploit, nous on savait que c’était possible. Il y avait plein de signaux qui nous montraient que c’était à notre portée. Malheureusement ça s’est pas fait, pour un rien. Mais c’est beaucoup parce que c’est frustrant de se dire qu’on serait là à s’entrainer pour préparer le final four et que du coup non.

Il y a aussi du positif finalement sur ce match: Dijon n’est pas retombé dans ses travers avec peu de trous d’air et surtout la défense qui était solide avec notamment 11 buts encaissés sur la première période. C’était une consigne de ta part sur cette rencontre?

La défense c’est vraiment ce qui n’a pas fonctionné cette année. On n’a pas réussi à trouver un rythme, un engagement suffisant, ça n’a pas bien fonctionné. Il y a 2 matchs: celui de Cherbourg où on leur a posé beaucoup de problèmes même si on prend beaucoup de buts et ce match-là où on a été très mobile, chose qu’on a pas réussi à faire le reste de la saison malheureusement. Donc oui c’était une consigne mais pas spécifique à ce match.

Pour les trous d’air c’est vrai, mais il y a quand même une petite chute sur les dix dernières minutes où on passe de +7 à +2. Cependant elle est vraiment explicable contrairement à souvent. Pierrick (Naudin) et Vincent (Maguy) ont fait un gros match et à un moment donné sur l’aspect physique c’est normal qu’il y ait un petit tir raté, une petite perte de balle… Le problème c’est qu’ils ont eu beaucoup plus de rotations que nous et ils abordent le money time en étant un peu plus frais sur ce match. Mais malgré ces 2-3 petites bêtises ça doit passer et c’est vraiment dommage, c’est dur à encaisser. Quand on est dans cette situation et qu’on arrive à produire un match comme celui-là, c’est dommage qu’il n’y ait pas la cerise au bout.

La défense: un des problèmes récurrents pour le DMH cette saison. ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Sur la saison en général, le DMH a donc eu des hauts mais aussi des bas (égalisation de Besançon dans les dernières minutes, défaite face à la lanterne rouge, …) que retiens-tu de cette année?

Malheureusement c’est bien le résumé de notre saison. il y a eu des bons matchs et des moins bons matchs, des bonnes périodes et des moins bonnes périodes à l’intérieur des matchs… Ca manque un peu de discipline. Je crois qu’on a une équipe qui a du mal à gérer un petit peu la pression, qui aime bien jouer quand il n’y en a pas. Du coup sur ces matchs, notamment à Angers (lanterne rouge) où on n’a pas le droit de perdre (pour être qualifié en playoff), je pense qu’on a du mal à jouer et à se libérer et on se met en difficulté. C’est mon premier ressenti sur la saison.

A Nancy (plus tôt dans la saison), qui comptait 8 matchs et 8 victoires, on arrive en difficulté, pas de pression et on gagne. A Cherbourg, qui nous avaient vraiment impressionnés ici au match aller, c’est la même chose. Pour ce qui est de ce dernier match la pression était plutôt sur Nancy. Match retour de playoff avec des absents, derrière au classement et on arrive à se libérer. On a eu du mal à le faire dans les matchs où on avait la pression en étant favori, c’est ce qui peut en partie expliquer cette saison. Il faudra qu’on soit beaucoup plus discipliné sur la saison prochaine et le futur.

C’est une équipe qui a potentiel mais qui n’a pas réussi à l’exprimer. Par rapport au classement, je pense qu’aujourd’hui quand on regarde ce qu’on a fait, on est à notre place. 6ème, on méritait pas mieux. Encore une fois je pense que c’est dans la discipline et l’appréhension des matchs qu’on doit s’améliorer. Sur le terrain il faut qu’on soit encore plus rigoureux et c’est peut être ce qu’on n’a pas fait cette année.

L’objectif du DMH en début d’année étant les playoff, c’est donc une saison réussie?

Non, l’objectif c’était les playoff mais en finissant plus haut que ça. Je pense qu’on avait les moyens de finir au-delà de cette 6ème place. Si on fait une grosse saison on peut terminer devant Nancy et Cherbourg mais ça n’a pas été le cas. On a rempli un objectif en atteignant les playoff mais on aurait dû finir plus haut au classement. Mais par rapport à ce qu’on a fait cette saison la 6ème place est méritée. Maintenant une meilleure place aurait été possible avec une meilleure gestion de ces matchs.

Le coach dijonnais aura pour mission d’améliorer la discipline et l’appréhension des matchs de ses joueurs la saison prochaine. ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

On a enfin aussi vu le retour des supporters sur les deux derniers matchs. C’est quelque chose qui vous a manqué cette saison?

Evidemment, c’est fantastique! Même à l’extérieur avec les supporters adverses ça me galvanise. On a l’impression d’être porté et c’est aussi pour ça qu’on fait ce métier, pour se faire plaisir comme ça. Pendant 1 an on n’a rien eu, on a été privé du pourquoi on fait ce métier. Donc oui on est bien content du retour des supporters.

Il est encore tôt, mais quel est l’objectif concernant l’année prochaine avec le départ de 4 cadres et l’arrivée de 2 nouveaux joueurs à Dijon? Le DMH aura les armes pour atteindre la montée en Lidl Starligue?

On va essayer de compléter ce groupe pour faire une meilleure saison que la précédente. Il y a déjà deux recrues annoncées et il y en aura probablement une troisième. Je pense que la saison prochaine le niveau de la Proligue va sérieusement augmenter s’il y a la descente des 2 clubs de Lidl Starligue (Tremblay et Ivry). On va voir qui va monter mais il y a aussi des équipes qui se sont bien renforcées comme Cherbourg. Il faudra qu’on soit prêt.

Pour la montée on va tout faire pour. Après encore une fois il n’y a pas que nous. Il faudra qu’on se serve de la saison qu’on vient de passer pour ne pas faire la même l’année prochaine, qu’on soit plus régulier. J’attaque le bilan individuel des joueurs demain pour échanger avec eux sur ce qui a fonctionné et non. L’objectif étant de conserver ce qui marche bien et d’améliorer ce qui marche moins bien, pour faire une meilleure saison en étant plus régulier.

Bon vent à Abdoulah Mané, Jan Sobol, Virgile Carrière et Lilian Pasquet pour la suite de leur carrière! ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Place au repos maintenant?

Pas tout de suite! Que ce soit pour moi et même les joueurs qui vont garder une activité avant au moins la fin de la semaine prochaine. Et après effectivement on va bien se reposer pour réattaquer le 26 juillet.

Rendez-vous maintenant le 10 septembre pour le début de la saison 2021/2022 de Proligue…

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.