20 septembre 2021

Rugby : trop fautif, le Stade Dijonnais se fait punir par Albi

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Pour son entrée en lice dans cette seconde saison en Nationale de rugby, le Stade Dijonnais a livré face à Albi, une copie trop innaboutie pour espérer l’emporter. A un niveau où les moindres erreurs se payent cash, les stadistes ont trop pêché et souvent tendu le bâton pour se faire battre chutant ainsi d’entrée sur leurs terres (17-28)

L’album photo de la rencontre

Liabot d’entrée

Tout commence bien pour le Stade Dijonnais qui s’installe d’entrée dans le camp albigeois et qui conclut rapidement suite à une pénalité rapidement jouée, lucas Liabot en bout de ligne prend l’intervalle entre les deux derniers défenseurs pour aplatir en coin. Alban Conduché, buteur du jour en l’absence des “canoniers” habituels manque la transformation pas aisée (5-0, 3′), l’entame parfaite. Si les intentions et l’envie de jouer sont clairement là côté dijonnais, les approximations malheureusement aussi. Et quasiment dans la foulée de l’éssai de Liabot, Thibault Dufau se fait chiper la balle sur un lancement de jeu par la troisième ligne albigeoise. L’ovale est vite transmis au demi de mêlée Gilen Queheille qui met les cannes, résiste au retour de Paul Altier et met les siens en avance au tableau de marque en transformant lui-même son essai (5-7, 7′).

Fidèle à son plan de jeu, le Stade repart de l’avant relance les ballons et récupère vite une pénalité qui permet à Conduché de remettre Dijon devant d’une belle ogive plein axe aux 40m (8-7, 12′). Côté conquête, un secteur évidemment clé que le stade avait beaucoup travaillé ces derniers temps, c’est mi figue mi raisin; la mêlée étant souvent malmenée voire pénalisée par l’arbitre. Néanmoins la défense tient plutôt bien et contient les offensives adverses. sur un nouveau ballon d’attaque dijonnais , Otilo Kafotamaki transmet à lucas liabot qui déchire une nouvelle fois le rideau défensif tarnais. Celui-ci se met à la faute dans la continuité de l’action et Conduché sanctionne encore (11-7, 26′).

Mais alors qu’il est plutôt bien dans son match le Stade fait un second “cadeau” de rang à son adversaire du jour. Nouvelle interception de Queheille au ras d’un regroupement qui file 30 mêtre plus loin entre les perches , transformant évidemment dans la foulée, réduisant à néant les efforts locaux (11-14, 28′). Si Dijon est le plus joueur, il se fait parfaitement contrer sur ses imprécisions. Et même si Conduché ramène une nouvelle fois le Stade à hauteur sur une nouvelle pénalité (14-14, 33′), les Dijonnais sont de plus en plus sanctionnés et peinent en conquête. Albi choisit les pénaltouches en cette fin de mi-temps. Une première est avortée par la défense dijonnaise qui se met cependant à la faute. La seconde ira à dame avec le pack albigeois qui franchit collectivement la ligne après avoir parfaitement cueilli la balle dans l’alignement à 5m de l’embut, Queheille rate cette fois-ci la mire en ne transformant pas (14-19, 37′). Ce sera le score à la pause après que Conduché a raté une ultime pénalité. rageant quand même pour le stade qui a quasiment offert sur un plateau 14 des 19 points adverses.

Gilen Queheille a inscrit deux essais qui ont fait mal en contrant parfaitement des offensives dijonnaises © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Albi contrôle un stade trop brouillon

La seconde période sera moins spectaculaire, du moins plus hâchée. Dijon a toujours l’envie, mais cafouille ses ballons et surtout se met à la faute sur les phase de regroupement ou en mêlée fermée. Face à un buteur de la trempe de Gilen Queheille, cela ne pardonne pas. Le Tarnais rajoute rapidement 6 nouveau points (14-25, 51′). Les premiers changements interviennent avec notamment une nouvelle paire de piliers (kévin Brou Yanis Jamet côté Dijon). Condamnés à courir après le score, les hommes de Benjamin Noirot commettent bien trop de maladresses et les visiteurs en profitent pour occuper le camp adverse, Dijon étant moins saignant qu’en première période. Les changements effectués par le staff ne changent pas grand chose à la donne. Albi creuse encore le score avec Jérémy Russel prenant le relais de Gilen Quehaille à la botte. (14-28, 61′). Durant les 20 dernières minutes Dijon tentera bien et investira le camp adverse sans efficacité malheureusement, Quelques beaux mouvements, une percée de Khaya Majola, un sprint sur son aile de David Odiété, un beau mouvement des lignes arrières stoppé par une faute de main. Insuffisant pour faire plier des Tarnais qui tiennent leur victoire. Les derniers points de la rencontre auront été inscrits sur pénalité par Conduché à 17 minutes du terme de ce second acte sans essais (17-28, 63′). Il reste du pain sur la planche aux Dijonnais qui doivent se montrer plus rigoureux dans tous les compartiments du jeu pour éviter les désillusions telle que celle de ce premier match, dont ils ressortiront forcément frustrés, tant ils auront facilité la tâche de leurs adversaires.

Lucas Liabot et le stade dijonnais ont développé quelques belles offensives notamment en première période mais ont manqué d’éfficacité et de justesse © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les réactions du talonneur dijonnais Benjamin Nehme et du capitaine, 3ème ligne Colin Lebian

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.