20 septembre 2021

Handball : Exact au rendez-vous, le DMH s’impose à Sarrebourg

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Le Dijon Métropole Handball a parfaitement négocié son premier déplacement de la saison, en Moselle du côté de Sarrebourg. En s’imposant 21-24 au terme d’une rencontre qu’ils ont dominée dans quasiment sa totalité, et en y mettant la manière, les Dijonnais lancent leur saison de la meilleure des manières.

Une bonne maîtrise après un début poussif

Après une fin de préparation plutôt convaincante notamment lors de la seconde période face à Massy puis lors de la confrontation face à Villeurbanne, le DMH, privé de Lucien Auffret (Gastro) a donc enchaîné avec une première victoire convaincante. Poutant la mise en route est quelque peu poussive et Sarrebourg, motivé comme on l’imaginait ne se fait pas prier pour prendre le meilleur départ (3-0, 3′). Le temps pour les Bourguignons de rentrer dans leur saison, de se mettre les idées en place, de monter en intensité défensive et de contrecarrer la fougue locale, et Dijon se replace avec Steeven Bois déjà à la baguette et Théo Laguillaumie efficace au shoot (7-7, 17′). La fin de la première période est clairement à l’avantage des hommes d’Ulrich Chaduteaud. Aidé par une défense agressive à souhait sur le porteur de balle, Wassim Helal monte en température dans sa cage. Dijon récupère des ballons qu’il négocie bien avec un jeu de transition et de contre bien huilé, mais aussi un jeu placé efficace. L’ensemble de l’effectif participe à ce bel ouvrage avec 7 buteurs différents à la pause (10-13).

Quinten Colman amène de la puissance en attaque comme en défense et a vite trouvé ses marques dans le collectif dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Dijon sur sa lancée

Les locaux vont ils réagir? Pas vraiment et c’est Dijon qui continue à délivrer une bonne copie et qui fait rapidement grimper l’écart avec un 3-0 d’entrée signé Colman Bois Poletti (10-16, 34′) tandis que la défense est maintenant intraitable et que Wassim Helal fait le show derrière (12 arrêts au total à 38%). Dès lors Dijon va contrôler l’écart qui oscillera durant plus de 20 minutes entre +3 et + 6 pour les Dijonnais. Ulrich Chaduteaud peut sagment faire tourner ce qui permet de voir à l’oeuvre les jeunes Mathis Jaffiol (en échec au tir 0/4 mais très précieux en défense) ou Arthur Pacaud à 2/2 au tir. Sarrebourg s’accroche tant bien que mal et bénéficie de l’adresee de Maxime Postal au pénalty pour ne pas décrocher complètement. On craignait quelque peu les recrues mosellanes côté Dijon. Le grand arrière polonais Kamil Adamczyk, cherchant encore clairement ses marques n’aura guère pesé, Geoffroy Carabasse, sérieux client au pivot aura bien été pris tout comme le diablotin demi-centre Marius randriantseheno qui n’aura pas renouvelé les prestations qu’il avait livré face à Dijon avec Nancy. Tout le mérite en revient au DMH dont la combativité et l’état d’esprit on tfait plaisir sur cette rencontre. A l’abord du money time, Dijon est résolument devant (18-24, 55′)

Une nouvelle prestation très solide pour Wassim Helal dans la cage dijonnaise © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Fin de match sous forme d’alerte

Le match semble plié et Vincent Maguy et Marc Poletti se voient même offrir des balles de + 7 avec deux occasions très franches; tous deux échouent cependant face au portier croate adverse Ivan Panjan, auteur d’une entrée probante dans la cage mosellane (9 arrêts à plus de 45%). Et la machine se dérègle. Dijon enchaîne 5 pertes de balle. Sarrebourg n’en profite pas totalement Wassim Helal sortant encore deux gros arrêts. Suffisant tout de même pour encaisser un 3-0 final et laisser un léger goût d’inachevé (21-24, 60′). Pas de quoi faire oublier les 50 très bonnes minutes dijonnaises mais de quoi laisser matière à rester vigilant et à maintenir une exigence de travail.

La réaction d’ulrich Chaduteaud “Satisfait bien sur, notamment de la combativité et de l’état d’esprit, c’est ce que je veux voir. Sur les 5 première minutes, il faut relativiser, ce sont les premières minutes de la saison, ils sont chez eux, poussés par le public, on a juste besoin de se mettre dedans. Après on a 50 minutes vraiment bonnes. Quand on met cette intensité, cette envie, c’est quand même agréable à voir.Chacun a apporté sa pierre, même Mathis qui a eu du mal en attaque a vraiment fait le job en défense. Après, il y a ces 5 dernières minutes. On se fait peur inutilement alors qu’on a deux imanquables pour passer à +7 et plier l’affaire. Au contraire on accumule les pertes de balle on est tendu et heureusement Wassim nous sort encore deux arrêts qui font du bien. Un mal pour un bien, cela va nous maintenir en vigilence et nous pousser à travailler encore et encore pour nous améliorer. “

Ulrich Chaduteaud a particulièrement apprécié l’état d’esprit © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.