18 octobre 2021

Rugby : le Stade Dijonnais sort vainqueur d’un rude combat face à Bourgoin.

Les Dijonnais exultent au coup de sifflet final © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Sous une pluie parfois battante, le Stade Dijonnais est venu à bout d’une rugueuse équipe de Bourgoin, au terme d’une recontre, sans grande envolée et durant laquelle, les qualités mentales ont plus été mises en valeur que les techniques. La victoire (19-16) est revenue à un colectif bourguignon qui la voulait tant et qui a encore fait preuve de vertues chères à son staff.

On veut parler là d’état d’esprit. Ce mot dont on ne finit pas de parler interviews après interviews et conférence de presse après…. Le stade semble s’en être fait un emblème en ce début de saison. Dans la foulée de l’ impeccable attitude de leur capitaine Colin Lebian, les Stadistes on encore fait preuve de solidarité et de force face à l’adversité pour sortir vainqueur d’un rude combat.

Dijon s’adapte aux conditions

Alors les amateurs de panache seront sans doute déçus mais les hommes de Benjamin Noirot ont eu l’intelligence et la lucidité de s’adpter aux conditions de jeu pas forcément propices aux grandes ambitions dans les largeurs du pré ce dimanche. Ils ont ainsi mis de l’application en conquête qu’ils ont dominée, se sont liés tous ensemble pour des groupés pénétrants performants, se sont donnés et sacrifiés en défense, ont renvoyé patiemment au pied l’adversaire dans son camp.

Le début de rencontre n’est pourtant pas fameux. Dijon, peut être trop plein d’envie, encaisse coup de sifflet sur coup de sifflet. Dès la deuxième minute le buteur berjallien Nicolas Cachet ouvre le score. Pire 10 minutes plus tard le 3e ligne australien Poutasi luafutu bouscule trois défenseurs dijonnais dans un petit côté pour aplatir en coin, Cachet transformant, c’est plutôt mal embarqué (0-10, 12′) de quoi réveiller les vieux démons de l’an passé. Mais au contraire ce sont les Berjalliens, sans doute trop sous pression après leurs deux défaites initiales qui vont complètement sortir du match prenant trois cartons jaunes quasi coup sur coup (21′, 26′, 32′). Dijon en profite, Alban Conduché passe un premier coup de pied, puis un maul pénétrant suite à une pénaltouche est écroulé volontairement sur la ligne entraînant un essai de pénalité logique et voilà le Stade relancé (10-10, 25′). Bourgoin est à l’agonie et fait faute sur faute. Malheureusement les locaux n’en profitent pas sans doute par excès de précipitation (une des rares période de manque de lucidité). Au contraire ce sont même les visiteurs qui seront par miracle devant au score à la pause suite à une faute évitable des dijonnais après une relance ratée d’Otilo Kafotamaki parfaitement pris par les Isérois sur le coup (10-13, 40′).

l’arbitre accorde un essai de pénalité à Dijon suite à un groupé pénétrant performant © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La botte de Conduché

Durant une seconde période pas flamboyante non plus, on aura noté une occasion franche d’essai des deux côté. Tout d’abord dès la reprise quand le demi d’ouverture visiteur prend un trou et perce sur 25 mètres avant d’adresser l’ovale au pied vers son ailier qui ne parvient pas à capter le ballon alors que la situation était compromise pour dijon. Pour les locaux c’est Alban conduché qui trouera le rideau défensif isérois peu après l’heure de jeu. Venu au relais Florian Desbordes sera repris à quelques mètres de la ligne. L’action sera quand même conclue par trois nouveaux points au pied. Ce sont d’ailleurs les buteurs qui décideront du sort de la rencontre, Alban conduché offrant la victoire sur une énorme dernière pénalité du coin de la ligne médiane. La mêlée dijonnaise se chargeant au final de mettre en échec sa vis-àvis sur ses ultimes tentatives. Bourgoin perd ainsi un troisième match d’affilée et pour le troisième ligne Camille Jarreau c’est même une double perte avec celle de ses nerfs. Le garçon voit rouge après une brutalité envers un adversaire. Au coup de sifflet final la joie est palpable côté stadiste. Une seconde victoire de rang qui clôt un premier bloc plutôt satisfaisant. Prochain rendez-vous le 3 octobre prochain à Tarbes.

La pénalité de la gagne pour Alban Conduché © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

L’album photo de la rencontre par Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les réactions de Thomas Kohler et Mathis Garnier

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.