18 octobre 2021

Handball : battu à Nice le DMH a encore du travail devant lui

Ulrich Chaduteaud se veut positif et est impatient de retourner au boulot pour parfaire son équipe © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

On redoutait ce premier choc face à un “gros” de Proligue pour le DMH, après une entame réussie face à des formations plus modestes (sans porter offense à Sarrebourg et Valence). Les bourguignons se sont en effet inclinés (35-29) encaissant notamment 16 buts (dont 9pénaltys sur 9) du pivot et capitaine azuréen Axel Oppedisano. Le coach Dijonnais Ulrich Chaduteaud ne jette pas la pierre à son groupe et se concentre sur le travail qu’il reste à faire.

“Il n’est pas temps de tirer la sonnette d’alarme” nous dit ainsi le technicien dijonnais “par exemple la première mi-temps m’a plu. On est plutôt bien, malheureusement on prend beaucoup de but en fin de possession de balle, alors que nous nous manquons de réussite sur des situations qu’on a plutôt bien su se créér” Il est vrai qu’à 15-13 au repos, le DMH est encore bien dans la course. ” Le trio Pablo Marrochi, Juan Castro alvarez, Axel Oppedisano nous a fait mal dans ses relations, et nous n’avons pas réussi à résoudre ce problème. De plus alors que l’adversaire prends 10 fois 2 minutes (avec deux disqualifications) nous n’avons pas bien géré nos passage en supériorité numérique, ni d’ailleurs ceux en infériorité. Bref eux ont été très efficaces et nous pas; on laisse aussi 3 pénaltys en route quand ils font 100% à 9/9″. Il est vrai que l’équipe niçoise finit avec un ratio impressionnant de 76% aux tirs (contre 59% à Dijon qui au passage a plus tiré que l’adversaire). Quand ça monte en puissance, c’est forcément plus compliqué, surtout quand l’on arrive pas à contrer défensivement le spoint fort de l’adversaire. Nous avons bien commencé mais face à des adversaires moins armés, sans les dénigrer aucunement. On voit que face à des équipes de ce calibre, il nous reste du travail. Cela me motive, me donne envie de retourner encore plus au boulot. C’est un recadrage, pas une catastrophe”

Le gardien dijonnais Wassim Helal et sa défense ont eu du mal face à la grande efficacité offensive niçoise © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Le DMH a donc connu un coup d’arrêt mais n’est pas abattu pour autant. Il va remettre le pain sur la planche et on sera vite fixé sur sa capacité à réagir puisque dès ce jeudi, il accueillera Villeurbanne à 20h30 au palais des sports. Un promu que l’on avait découvert en amical en début de mois et qui avait montré des qualités handballistiques certaines et un jeu très plaisant. S’il veut atteindre ses onjectifs, le club dijonnais se doit de gagner ce genre de rencontres tout en s’en servant pour progresser afin d’être plus armé pour des joutes plus relevées.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.